Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
Réflexions sur le monde de demain que nous bâtissons aujourd'hui...
   Vous trouverez dans cette rubrique des informations succinctes concernant divers domaines qui préparent notre avenir, celui de nos descendants, et... le nôtre si nous considérons que la réincarnation est réelle. Il ne s'agit bien sûr pas de développer des théories scientifiques ni même d'analyser des données qui échappent à nos cerveaux d'humain lambda ! Il s'agit simplement, à travers des anecdotes, livres ou articles, de réfléchir sur ce que la «science» nous prépare et de ne pas assister, totalement passifs, à la fabrication, par quelques puissances chez lesquelles le mot «désintéressement» n'existe pas, d'une terre à leur convenance financière.  
Assemblée Nationale : nos députés brillent par leur absence !
     Article publié sur AGORAVOX  
        
    
Ce n'est un secret pour personne que l'Assemblée Nationale est la plupart du temps aux trois quarts vide. Nous avons eu la curiosité de nous plonger dans les statistiques concernant la présence de nos députés dans l'hémicycle. La première bonne surprise a été de trouver facilement les données sur les 4119 votes ayant eu lieu depuis le début du quinquennat. Il suffit de se rendre sur le site de l'Assemblée Nationale où sont disponibles les 42 pages en format excel de ces différents scrutins. Armés de courage, nous avons copié ces 4119 lignes dans un nouveau fichier excel afin de pouvoir obtenir quelques statistiques à partir des données brutes fournies par le site officiel. Précisons que les colonnes A à F sont celles fournies par le site du gouvernement. Les colonnes G, H et I ont été ajoutées par nos soins afin de fournir des données supplémentaires.

    Une fois ces calculs effectués, la surprise est nettement moins bonne. Comme vous pourrez le constater sur le tableau en PDF disponible ici (271 pages !), nos députés brillent surtout par leur absence. Sur les 4119 scrutins, la moyenne de présence est de 18,27%. C'est-à-dire que plus de 4 députés sur 5 sont absents en moyenne. Nous avons surligné en vert, dans la colonne H 'pourcentage de présents', les scrutins où plus d'un député sur 2 était présent. Sauf oublis de notre part, il y en a exactement 143 sur les 4119 ! Ce qui représente 3,47% des scrutins ! Un chiffre qui se passe de commentaires, mais qui ne manque tout de même pas de générer une colère justifiée. Lorsqu'il est proposé d'examiner «l'amendement de suppression n° 590 de M. Bernalicis et l'amendement identique suivant à l'article 44 quinquies du projet de loi d'accélération et de simplification de l'action publique (première lecture)» (scrutin 2928), il est tout à fait possible de regretter que seuls 27 députés (4,68%) aient été présents. Mais reconnaissons qu'il ne s'agissait pas là d'un texte primordial. En revanche, lorsqu'il s'agit de voter pour l'inscription dans la loi de l'interdiction du glyphosate, dont l'utilisation concerne la santé de millions de personnes, il est écoeurant de voir que seuls 63 députés sont présents pour une session inscrite à deux heures du matin, tout comme il est inadmissible que 36% seulement des députés soient présents lorsqu'il s'agit de débattre de la prolongation de la vigilance sanitaire qui concerne 68 millions de Français

    Sur le site datan.fr, nous trouvons un tableau concernant le taux de présence des députés lors des 'votes solennels', c'est-à-dire ceux qui ont trait à des dossiers importants. Dans ce cas, le jour et l'heure du vote sont connus à l'avance, afin que les députés puissent trouver un petit créneau pour se libérer. On y voit que le pourcentage de présence varie de 100% (Stanislas Guerini...) à 30% (Sylvain Brial de Wallis et Futuna). Cela dit, ce tableau ne présente pas un intérêt majeur, puisque le nombre de ces dossiers considérés comme essentiels n'est que de 122. De plus, il est bien connu que, lorsqu'un sujet est considéré comme fâcheux, la séance est proposée à deux ou trois heures du matin, un grand nombre de parlementaires n'étant même pas au courant de l'évènement.

    Beaucoup plus intéressant est le tableau concernant tous les votes. Les taux de présence chutent brutalement, ce qui ne surprend guère. Ils vont de 63% pour Emmanuelle Ménard à 3% pour Sylvain Brial une fois encore, mais excusable vu son éloignement, et à 3% également pour Jean-Luc Warsmann, député des Ardennes, qui lui, ne peut présenter l'excuse de la distance. Il est apparemment député depuis 26 ans. Peut-être serait-il temps qu'il laisse la place à un successeur plus disponible et se consacre aux occupations qui le retiennent loin de l'hémicycle ? Pire encore, on constate que 327 députés (presque 57% !) sont présents à moins de 20% des séances et que 557 (96,5%) sont présents à moins de 40% des séances ! Comment ce laxisme peut-il être accepté ? Le tableau complet est disponible ici en PDF

    Il est régulièrement question du déficit de participation des électeurs lors des consultations qui sont proposées régulièrement et, par voie de conséquence, de la possibilité de rendre obligatoire l'expression de chacun à ces différentes élections, comme cela se passe en Belgique. Ne pourrait-on pas se poser la même question en ce qui concerne la participation effective de nos députés lors des sessions de votes ? Comment le vote de 50 députés sur 577 peut-il représenter les soixante-dix millions de Français ? L'article de l'Obs (29 mai 2018) cité plus haut, concernant l'inscription dans la loi de l'interdiction du glyphosate, donne un exemple de ce que peut induire cet absentéisme chronique en précisant : «À noter que les groupes "insoumis", socialiste et communiste n'étaient représentés que par un député chacun. S'ils avaient été au complet au moment du vote, l'interdiction du glyphosate, et donc de l'herbicide fétiche de Monsanto "Roundup", aurait théoriquement pu être votée (plusieurs députés insoumis s'en sont expliqué depuis)». 

    Les représentants du gouvernement et de la population sont censés donner l'exemple par leurs actions. On ne peut pas dire que ce soit vraiment le cas. Entre fêtes élyséennes sans protections, pass sanitaire voté par des députés qui ne s'y soumettent pas, ou encore désertion par nos élus des sessions parlementaires, il ne faut guère s'étonner que le respect des lois et des institutions ait un lourd plomb dans l'aile...
 
   07/11/2021

   Bernard SELLIER
  

Assemblée Nationale : nos députés brillent par leur absence !