Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...
33 Poèmes écrits par Hélène
                                          
                                       
 

C'est un bouquet de roses 

 
Un petit être abandonné 
 
Regarde au loin la brume se lever 
 
Il voit comme un chemin 
 
Qui s'estompe peu à peu 
 
Pour n'être plus qu'un point 
 
Un point sombre et douteux 
 
Il a perdu ses pas 
 
Il a perdu sa voix 
 
Il ne sait plus pourquoi 
 
Son ombre est terrée là 
 
Qui sont ces gens là-bas 
 
Qui l'interpellent en le montrant du doigt? 
 
Que fait ce chien assis par terre 
 
Qui le regarde d'un drôle d'air? 
 
Il ne sait pas, il ne sait plus 
 
Ce qu'il fait là tout étendu 
 
Il a mal à la tête 
 
Et n'a plus ses baskets 
 
Ses petits pieds nus pleurent 
 
Saouls de douleur 
 
Et empourprés d'horreur 
 
Il presse intensément sa main 
 
Sur son tout petit cœur qui bat 
 
C'est comme une pierre 
 
Comme un morceau de bois 
 
Comme une prière qu'il chuchote tout bas 
 
Et le flot de sa vie 
 
Déverse sa couleur 
 
Sur le bitume 
 
En dessinant des fleurs 
 
C'est un bouquet de roses 
 
Tout fraîchement écloses 
 
Qui illumine de candeur 
 
Le triste gris de sa dernière demeure 
 
Une fillette désemparée 
 
Seule elle aussi et apeurée 
 
Trace des mots dans la poussière 
 
De ce qui n'est plus qu'un désert 
 
Des mots qu'elle confie aux vents 
 
Qui l'accompagnent en tournoyant: 
 
"En ce jour rouge et noir 
 
Où rugit le désespoir 
 
Un petit être abandonné 
 
Étendu sur un trottoir 
 
Au beau milieu d'une prairie 
 
S'est envolé sur un nuage 
 
Pour goûter au très long voyage 
 
De l'autre côté de la vie 
 
Loin des souffrances et des folies" 
 
Tendrement elle dépose un baiser 
 
Sur les deux joues, le front et puis le nez 
 
De ce petit corps délaissé 
 
qu'elle enlace alors en pleurant 
 
Et en maudissant tous ces grands 
 
Qui lui ont dérobé son frère 
 
Son insouciance et le mystère 
 
Qui dicte ses lois aux enfants. 
 
 
 
                           Hélène , 19, 20, 21 janvier... 
 
  
 
                                           
                   2 
 

Peut-êtr' qu'un jour un peu trop fou 
 
 
 
J'ai dans le cœur comme une étoile 
 
Comme un soleil comme un cheval 
 
Qui s'éclaboussent de bonheur 
 
En faisant pétiller les heures 
 
De chaque jour de chaque nuit 
 
Brisant les chaînes de l'ennui 
 
C'est un lapin un peu trop fou 
 
Mais au regard tellement doux 
 
Qui a osé me les offrir 
 
En espérant me voir rougir 
 
Parc'qu'il connaissait mes faiblesses 
 
Mon amour ma foi et l'ivresse 
 
de pouvoir inventer la vie 
 
A grands coups de rêv's et d'envies 
 
Et ce lapin un peu trop fou 
 
il m'a émue je vous l'avoue 
 
J'aimerais tant le rencontrer 
 
Mais à chaqu' présent il se plait 
 
A disparaître en me laissant 
 
Entre les mains ces beaux diamants 
 
Peut-êtr' qu'un jour il osera 
 
S'approcher doucement de moi 
 
Et m'emmener sur son cheval 
 
Voguer de soleil en étoile 
 
Peut-êtr' qu'un jour il osera 
 
Venir se blottir contre moi 
 
Et me murmurer à l'oreille 
 
Mille baisers mille merveilles 
 
Peut-êtr'qu'un jour moi j'oserai 
 
Lui dévoiler mon tendre souhait. 
 
 
Hélène

 
  
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.
                                           
                   3 
 
  
Un' petit' fill' blessée 
 
Par trop peu de paroles 
 
Et trop plein d'idées folles 
 
A eu le coeur brisé 
 
Et la langue coupée 
 
Quand son père te sa mère 
 
Dans un regard amer 
 
Haineux et lapidaire 
 
Se sont entre-tués 
 
Cett' petit' fill' c'est moi 
 
Et j'ai bientôt compris 
 
Qu'on peut être parent 
 
Sans avoir tout appris 
 
Qu'on peut s'êtr' fort aimé 
 
Sans jamais se l'avouer 
 
Qu'on peut s'être maudit 
 
Sans se l'être une fois dit 
 
Et ces manques de mots 
 
Accumulent des maux 
 
De plus en plus violents 
 
De plus en plus sanglants 
 
et plus rien ni personne 
 
Ne peut lorsque l'heur' sonne 
 
Empêcher la tuerie 
 
le massacre du lit 
 
J'ai sans dout' cru longtemps 
 
Que c'était de ma faute 
 
que j'aurais dû pleurer 
 
Et leur dir' qu'ils s'aimaient 
 
Que j'aurais pu parler 
 
Leur dir' qu'ils se trompaient 
 
Et que je n'voulais pas 
 
Que maman et papa 
 
Se déchirent sans loi 
 
En oubliant parfois 
 
Que c'est de leur amour 
 
Qu'on est nés tous les deux 
 
Et que de ça toujours 
 
Ils pourront être heureux. 

 
 
Hélène 
 
 
 

                                           4 
 
Pour répondre au présent 
 
Aaaaaaaaaaaaah! 
Noooooooooon! 
Qu'est-ce que j'ai pu en ravaler des aah et puis des noon!! 
Et c'est vraiment trop con 
de tous les refouler 
Alors que c'est si bon 
De laisser s'exprimer 
Cett' colère, cette rage 
Ce refus d'être sage 
Maint'nant je le fais bien 
J'ai appris en chemin 
A les laisser sortir 
Les hurler les vomir 
Et de loin les meilleurs 
Sont ceux qui dans des pleurs 
Me sortent des entrailles 
Et remplissent les failles 
D'autre chose que d'un cri 
Peut-êtr' d'un petit oui 
C'est pas toujours facile 
De trouver le moment 
De ne plus êtr' docile 
De desserrer les dents 
mais je sais aujourd'hui 
Que je peux dans ma vie 
Faire beaucoup de place 
Libérer un espace 
Immense et accueillant 
Pour répondre au présent. 
 
 
 
Hélène

 
  
 

                                           
                   5 
 
  
A mon cher ami Emmanuel… 
 
 
 
Dans ton regard qui bat  
 
 
 
Je vois dans ton regard 
 
La fraîcheur d’un enfant 
 
Qui pourrait transformer 
 
L’agonie des canons 
 
En un grand tourbillon 
 
Aux mille et une couleurs 
 
Parfumant de tendresse 
 
Tous les chants de douleur 
 
 
 
Je vois dans ton regard 
 
La magie d’une fée 
 
Qui pourrait revêtir 
 
Le béton de lumière 
 
Et accorder aux larmes 
 
Toute une vie entière 
 
Déversant en ces perles 
 
Un bouquet d’éphémère 
 
 
 
Je vois dans ton regard 
 
Tout l’amour d’une mère 
 
Berçant contre son sein 
 
Le petit être cher 
 
Et donnant sans compter 
 
Sans jamais se lasser 
 
Tout le lait de la Terre 
 
Et le souffle des blés 
 
 
 
Je vois dans ton regard 
 
La puissance d’un homme 
 
L’assurance d’un roi 
 
La fureur du guerrier 
 
La majesté du tigre 
 
L’euphorie du poète 
 
Et surtout la splendeur 
 
D’être vrai d’être honnête 
 
 
 
Je vois des tas de choses 
 
Dans ton regard qui bat 
 
Qui revient qui s’en va 
 
Et qui parfois se pose 
 
Serein et délicat 
 
Sur les cils de ma vie 
 
Pour m ’étonner déjà 
 
De n’ pas avoir tout dit 
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    6 
 
Dés-in-car-nés 
 
 
Désincarnés 
 
Mais quel carnage 
 
C’est insensé 
 
D’être une image 
 
D’être un tableau 
 
D’êtr’ ce qu’il faut 
 
Ce qu’il faudrait 
 
Pour qui pourquoi 
 
On n’sait même pas 
 
Just’ ce qui plait 
 
Ce qui convient 
 
Çui qui dit rien 
 
Celui qu’est bien 
 
Bien comme il faut 
 
Comme il faudrait 
 
C’est insensé 
 
On a tout faux 
 
Ça c’est un fait 
 
Il faut cesser 
 
De s’oublier 
 
De s’effacer 
 
De s’écraser 
 
De tolérer 
 
Qu’on ait de vrai 
 
Que notre peau 
 
Notre tas d’os 
 
Qui se balance 
 
Dans un danse 
 
Désespérée 
 
En essayant 
 
De retrouver 
 
Pourquoi comment 
 
Il se défait 
 
En évitant 
 
De ressentir 
 
Ce qu’il aurait 
 
Envie de dire 
 
En esquivant 
 
Le plus souvent 
 
La source intime 
 
De tout désir 
 
Mais quel carnage 
 
Quel grand ravage 
 
Supercherie 
 
De ces images 
 
Une connerie 
 
Sans avantages 
 
Qui détruit tout 
 
Sur son passage 
 
Et qui nous laisse 
 
Creusés vidés 
 
Sans seins sans fesses 
 
Tendus tirés 
 
Et tiraillés 
 
Désincarnés
 
 
 
Hélène

 
  

                                           
                   7 
 
  
Ces fleurs multicolores 
 
 
 
-Accusée levez-vous ! 
 
Vous êtes coupable… 
 
-Mais coupable de quoi ? 
 
Je n’comprends vraiment pas ! 
 
-Coupable d’avoir dansé nue 
 
Et SURTOUT d’avoir aimé ça ! 
 
Coupable d’avoir trop vibré 
 
En respirant l’herbe des prés 
 
Coupabl’ d’être restée au lit 
 
Quand tous les autres sont partis 
 
Coupable d’avoir mis les doigts 
 
Dans la confitur’ fruits des bois 
 
 
 
-Mais… 
 
 
 
-Coupabl’ d’avoir osé dir’ mais 
 
Alors qu’on ne dit jamais mais 
 
A ceux qui vous dictent les lois 
 
Coupabl’ d’avoir versé un’ larme 
 
A la vue de cet enfant-arme 
 
Qui pourtant servait sa patrie 
 
Et était fier de son habit 
 
Coupable de trop rêvasser 
 
Alors que le temps est compté 
 
Accusée 
 
Vous êtes mill’ fois coupable 
 
Et d’autres crim’s sont inavouables 
 
Car ils pourraient désarçonner 
 
Notre bon peuple si bien dressé 
 
Allez-y mes chers frères 
 
Crachez tous vos viscères 
 
Et vos langues de vipères 
 
Aiguisées et amères 
 
 
 
-Qu’on lui tranche la tête ! 
 
Qu’on lui tranche le cou ! 
 
Qu’on la lacère ! 
 
Qu’on la lapide ! 
 
Qu’on l’écartèle ! 
 
Qu’on l’écart’ d’elle ! 
 
 
 
-Arrièr’ serpents 
 
Ecartez vous de moi 
 
Ecartez moi de vous 
 
Mais sûrement pas de moi ! 
 
Je suis Gaia 
 
La grand’ la belle 
 
Celle qui vit qui ensorcelle 
 
Celle qui rit qui étincelle 
 
Je suis bien trop puissante 
 
Pour avoir peur de vous 
 
Ma poitrine est glissante 
 
Et mon corps bien trop mou 
 
Pour que vous arriviez 
 
A me le dépecer 
 
Vos haleines sont fétides 
 
Et vos regards putrides 
 
Rampez dans l’ombre immonde 
 
Et quittez donc ce monde 
 
Qui n’attend rien de vous 
 
Qui n’aime que les fous 
 
Capables de chanter 
 
De rire et de jouer 
 
De parler aux oiseaux 
 
Et d’inventer des mots 
 
Qui n’existent null’ part 
 
Surtout pas dans vos tares 
 
Dans vos esprits étroits 
 
Et vos cœurs bien trop froids 
 
Laissez-nous notre Terre 
 
Et nos amours sincères 
 
Laissez-nous nos enfants 
 
Et leurs jeux innocents 
 
Ne revenez jamais 
 
Et laissez moi dir’ mais 
 
Mon volcan est profond 
 
Et ma colèr’ sans fond 
 
Ne pourra s’apaiser 
 
Que quand vous cesserez 
 
De nous dicter des lois 
 
Qui bafouent notre foi 
 
Qui répriment la vie 
 
Et castrent nos envies 
 
Venez-là mes enfants 
 
Au cœur de l’océan 
 
Ne laissons pas ces êtres 
 
Grossir et se repaître 
 
Cultivons nos élans 
 
De vie en attendant 
 
De pouvoir faire éclore 
 
Ces fleurs multicolores 
 
Et de les parsemer 
 
Aux quatre coins des vents 
 
En espérant semer 
 
Un vert pur émouvant 
 
Qui donnera un sens 
 
A cette antique alliance 
 
Et illuminera 
 
D’un immens’ feu de joie 
 
Nos regards enflammés 
 
Et nos cœurs éveillés 
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    8 
 

Dans un jardin libre et mouvant 
 
 
 
J’ai envie de caresses 
 
De tendresse 
 
De paresse 
 
Et d’un suave abandon 
 
 
 
J’ai envie de douceur 
 
De chaleur 
 
De lenteur 
 
Et puis de déraison 
 
 
 
J’ai envie de goûter 
 
A une léger’té 
 
Légèrement tintée 
 
Du fruit de la passion 
 
Et de ma prélasser 
 
Dans ce nectar doré 
 
Savoureus’ volupté 
 
Sans nom et sans saison 
 
 
 
C’est tell’ment bon de désirer 
 
Ce qu’on a déjà pu palper 
 
Humer sentir ou effleurer 
 
Et qui nous a fait palpiter 
 
Chavirer en quelques instants 
 
Dans un jardin libre et mouvant 
 
Empli de vapeurs envoûtantes 
 
Frêles volutes ondulantes 
 
 
 
C’est tell’ment bon de désirer 
 
 
 
Je crois que je vais me plonger 
 
Dans les délices du plaisir 
 
Et apprendre à me délecter 
 
De tout ce qui peut nous faire jouir 
 
 
 
Le bruissement des feuilles 
 
Le soupir des amants 
 
La lumière d’un œil 
 
L’odeur des corps brûlants 
 
La fraîcheur de la brise 
 
La justesse d’un do 
 
La joie d’une surprise 
 
L’éclat d’une goutte d’eau 
 
Et toujours plus de vie 
 
Et toujours plus de vous 
 
Comment ne pas dir’ oui 
 
A ce jardin si doux 
 
Délicates envies 
 
Sensuell’s et enivrantes 
 
Gouttelettes de vie 
 
Subtil’s et émouvantes 
 
Qui sont aussi en vous
 
 
 
Hélène

 
  

                                           
                   9 
 
  
Et ce très vieux bouquin 
 
 
 
Dans un coin de grenier 
 
Tapi sous l'escalier 
 
Sommeille un vieux bouquin 
 
Qui de toutes les mains 
 
Qui l'ont pris l'ont goûté 
 
Effleuré ou jeté 
 
N'a gardé comme trace 
 
Que celle qui s'efface 
 
Qui enlève les noms 
 
Et désosse le fond 
 
De chaque souvenir 
 
Il n'est plus que désir 
 
Désir de s'échapper 
 
de miauler de japper 
 
De partir sur les toits 
 
En quête d'un chez soi 
 
Qui puisse satisfaire 
 
son envie d'éphémère 
 
Et recueillir ce qui 
 
Fuse et semble être à lui 
 
Et ce très vieux bouquin 
 
Usé entre les mains 
 
De mille années de vie 
 
Sommeille et s'engourdit 
 
Happé par tous les rêves 
 
Qui défilent sans trêve 
 
Au fond de ce grenier 
 
Sombre et empoussiéré
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    10 
 

Partir 
 
 
 
C'est sur un air de vielle 
 
Que la vieille est passée 
 
A pris sa canne en chêne 
 
Et son châle élimé 
 
Elle s'est levée et 
 
Sans regarder le feu 
 
Elle a pleuré la vieille 
 
La flamme est dans ces yeux 
 
La voilà qui s'éloigne 
 
Vacillante et courbée 
 
Imprégnée du silence 
 
Que ses pas ont laissé 
 
Puis elle pousse un cri 
 
Un tout petit cri gris 
 
Étouffé par le bois 
 
Et le froid de la nuit 
 
Qui l'accompagne un peu 
 
A tout petits pas tristes 
 
Et disparaît dans l'ombre 
 
De l'âtre ensanglantée 
 
Derrière elle la canne 
 
Et le châle élimé 
 
Ont revêtu le bois 
 
D'un océan ridé 
 
Seuls un crépitement 
 
Et le chant de la vielle 
 
Pleurent la mélodie 
 
Que son cœur a versé
 
 
Hélène

 
  

                                           
                   11 
 
  
Ce qui maintenant s’épanouit 
 
 
 
De Tunisie ou du Mexique 
 
Du Mercantour à l’Atlantique 
 
De la Bretagne ou bien d’Afrique 
 
Des rêves d’Asie aux Amériques 
 
On vient tous d’une même Terre 
 
D’un mêm’ pays d’un’ même Mère 
 
Et on a tous un’ seule envie 
 
Un seul désir dans notre vie 
 
Nous rencontrer nous découvrir 
 
Nous retrouver nous enrichir 
 
Nous dévoiler dans nos errances 
 
Accepter de croire en la chance 
 
Nous étonner de nos sourires 
 
Nous offrir des éclats de rire 
 
Nous abandonner à la danse 
 
A la folie et à la transe 
 
Nous serrer très fort dans les bras 
 
Comme ils font si souvent là-bas 
 
Et toujours croire à la magie 
 
De ces rencontres ces amis 
 
Qu’on aime tant redécouvrir 
 
Ou très tendrement accueillir 
 
Vive la vraie diversité 
 
Vive l’amour vive la paix 
 
Le respect et la tolérance 
 
Des couleurs de la différence 
 
Vive tout ce qui ici vit 
 
Ce qui maintenant s’épanouit 
 
Et nous emplit d’un souffle frais 
 
D’un’ flamme vive qui émet 
 
De grands nuages de bonheur 
 
Au rythme des batt’ments de cœur 
 
De tous ces Jean de toutes ces Jeanne 
 
De ces enfants et de ces femmes 
 
Ces hommes forts ces petits vieux 
 
Qui nous ont rendu si heureux 
 
Par leur présence et leur amour 
 
Qu’en nous nous garderons toujours
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    12 
 

Tu es la vie petit enfant 
 
 
 
Petite fleur petit bourgeon 
 
Petit brin d’herbe petit mouton 
 
Tout petit bruit tout petit son 
 
Tout est si doux tout est si bon 
 
Quand le petit devient si grand 
 
Quand le ruisseau devient torrent 
 
Rivière fleuve et océan 
 
Continent terre et firmament 
 
Dans ton tout petit cœur qui bat 
 
J’entends le cœur de tout’ la vie 
 
De la vie qui à petits pas 
 
En toi grandit et s’épanouit 
 
Petites mains tout petit nez 
 
Petit’s oreilles et petits pieds 
 
Tout est si doux tout est si bon 
 
Quand le très grand devient petit 
 
Quand l’univers tient dans le rond 
 
De ta pupille qui sourit 
 
Et dans la tendre mélodie 
 
De tes pleurs de tes gazouillis 
 
Tu es si petit et si grand 
 
Si semblable et si différent 
 
Si plein de tout si émouvant 
 
Tu es la vie petit Killian 
 
 
  
Hélène

 
  

                                           
                   13 
 
  
A Erwan, où que tu sois, pourvu que tu y aies trouvé la paix 
 
 
 
Si seul dans ses rêves perdus 
 
 
 
A vingt-huit ans il n’avait plus 
 
Aucun espoir aucune vue 
 
Sur l’avenir aucun désir 
 
Il ne voyait plus que le pire 
 
A vingt-huit ans il s’est pendu 
 
Si seul dans ses rêves perdus 
 
Quel grand mal-être quel grand malheur 
 
Que de tristesse et que d’horreur 
 
Comment peut-on perdre l’espoir 
 
Comment peut-on ne plus y croire 
 
Ne plus aimer ne plus vouloir 
 
A vingt-huit ans un triste soir 
 
J’ai pleuré pleuré sans comprendre 
 
Qu’on puisse un jour vouloir se pendre 
 
Je te connaissais pourtant peu 
 
Mais j’t’ai vu enfant et joyeux 
 
Tu m’as mêm’ donné un baiser 
 
Quand à dix ans on découvrait 
 
La joie de pouvoir embrasser 
 
Tout en jouant des lèvres d’homme 
 
Et de les mordr’ comme une pomme 
 
C’était pas d’l’amour ça c’est sûr 
 
Mais dans ce jeu tu m’as transmis 
 
Un peu d’ton souffle un peu d’ta vie 
 
Et c’est un souvenir qui dure 
 
Pourquoi si jeune pourquoi comm’ ça 
 
Je n’comprends pas je ne sais pas 
 
Pourquoi moi j’ai eu cette chance 
 
De mettre un’ fin à mes errances 
 
Sans me passer la corde au cou 
 
C’est insensé c’est vraiment fou 
 
Pourquoi pas lui pourquoi pas lui 
 
C’est trop injuste c’est ça la vie ??!! 
 
Quelle impuissance quel désespoir 
 
De rester là sans rien pouvoir 
 
Quelle souffranc’ pour ses parents 
 
Pour ses deux sœurs qui maintenant 
 
Vont devoir accepter le vide 
 
Le manqu’ le silence et l’angoisse 
 
D’admettre qu’il n’ait trouvé sa place 
 
Que dans la mort par le suicide
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    14 
 


Triste enfer ou doux paradis 
 
 
 
Moi je suis moi 
 
Et toi t’es qui 
 
T’es sûr’ment toi 
 
Mais t’es qui toi 
 
C’est imprécis 
 
Ca veut dir’ quoi 
 
Moi je suis moi 
 
Ca tu l’as vu 
 
Mais toi non plus 
 
Tu ne sais pas 
 
C’que ça veut dire 
 
D’êtr’ juste soi 
 
Pis j’vais te dire 
 
Que moi non plus 
 
En fait je crois 
 
Qu’j’l’ai jamais su 
 
Et à vrai dire 
 
Plus j’y repense 
 
Plus j’suis perdue 
 
Je vais finir 
 
Par perdr’ patience 
 
Par perdr’ de vue 
 
Que l’plus important dans tout ça 
 
C’est qu’on ait pu se reconnaître 
 
L’un et l’autre comme deux êtres 
 
Si semblables et si différents 
 
Si palpables et si touchants 
 
Et qu’on n’saura jamais vraiment 
 
Qui on est et c’qui nous attend 
 
Mais au moins on sait que s’aimer 
 
C’est un’ second’ d’éternité 
 
Une oasis dans le désert 
 
Une source fraîch’ qui désaltère 
 
Alors peu import’ qui je suis 
 
Et peu importe toi t’es qui 
 
Pourvu que nos cœurs battent en chœur 
 
Et nous fassent oublier les heures 
 
Où l’on se demande incertains 
 
Ce que nous réserve demain 
 
Ce que nous réserve la vie 
 
Triste enfer ou doux paradis
 
 
 
  
Hélène

 
  

                                           
                   15 
 
  
Comme par un jars 
 
 
 
Un oeuf tout rond 
 
Tomba du fond 
 
Du fond de quoi 
 
Et bien de l’oie 
 
Qui tout émue 
 
Pleura et plut 
 
Sans plus tarder 
 
Au jars René 
 
Le gars baba 
 
Tout fou gaga 
 
De cet amour 
 
Du premier jour 
 
Si fort si beau 
 
Si tendre et chaud 
 
Vint demander 
 
Un peu gêné 
 
A la maman 
 
De cet enfant 
 
Si lui René 
 
Le troubadour 
 
De cette cour 
 
Aux pieds palmés 
 
Ne pouvait pas 
 
Être papa 
 
De cet œuf rond 
 
Comme un ballon 
 
La maman oie 
 
En resta coi 
 
Le regarda 
 
Le soupesa 
 
Puis elle hurla 
 
Et puis ria 
 
Mais non et rit 
 
Oui et lui dit 
 
Mais gros bêta 
 
Que tu es là 
 
Etre papa 
 
Ne s’invent’ pas 
 
Mais par bonheur 
 
Pour nos deux cœurs 
 
Comm’ par hasard 
 
C’est toi le jars 
 
Qui l’autre nuit 
 
Tout près du puits 
 
M’a fait cet oeuf 
 
Tout beau tout neuf !
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    16 
 


Et dans sa robe à fleurs 
 
 
 
Assis sur un trottoir 
 
Tout seul il broie du noir 
 
Et boit de l’eau de vie 
 
Qui n’en a que le nom 
 
Ell’ chasse ses soucis 
 
Qui le saoulent non de non 
 
C’est pas bientôt fini ?! 
 
C’est pas assez profond ?! 
 
Il l’aime sa bouteille 
 
C’est son île son soleil 
 
Son ami son oreille 
 
Qui le charm’ l’émerveille 
 
Que ferait-il sans elle ?! 
 
C’est ell’ qui l’a trouvé 
 
Sur le pont cet été 
 
Alors qu’il hésitait 
 
Sauter ou me piquer ? 
 
Elle a su l’amadouer 
 
Et le faire douter 
 
L’alcool est bien meilleur 
 
Il tuera tout’s tes peurs 
 
Tes angoisses tes pleurs 
 
Tous tes maux tes douleurs 
 
Mais ell’ s’est bien gardée 
 
La sirène la fée 
 
De dir’ la vérité 
 
Et de lui avouer 
 
Que l’alcool tue tout court 
 
Qu’il détruit tout amour 
 
De soi et du prochain 
 
Qui le prend pour un chien 
 
Chienn’ de vie viens mon chien 
 
Mon ami mon copain 
 
Moi je bois toi tu trinques 
 
Pilier d’ comptoir de zinc 
 
On s’ regarde on s’aime bien 
 
Mais quand mêm’ l’air de rien 
 
J’ ressemble plus à grand chose 
 
Où est passée la rose 
 
Que tu m’avais donnée 
 
Sur le pont cet été 
 
Pour m’ dir’ que tu m’ quittais 
 
Mais qu’ tu m’avais aimé 
 
Qu’ tu voulais mon bonheur 
 
Qu’ tu voulais pas qu’ je pleure 
 
Que j’avais tout’ la vie 
 
Pour fonder une famille 
 
Que j’y arriverai 
 
Qu’ c’était ma destinée 
 
Où est-elle la rose 
 
Où est-elle ma Rose 
 
Ma Rose et ses yeux bleus 
 
Son sourire joyeux 
 
Ses histoir’s sa peau douce 
 
… 
 
Quand ell’ suçait son pouce 
 
Parfois en s’endormant 
 
Je trouvais ça charmant 
 
… 
 
Maint’nant je l’ai perdue 
 
Maint’nant j’ me suis perdu 
 
Ma Rose s’en est allée 
 
Sur le pont cet été 
 
En laissant derrière elle 
 
Le parfum doux amer 
 
D’un bouquet éternel 
 
De pétal’s éphémères 
 
Et dans sa robe à fleurs 
 
S’est accroché mon cœur 
 
Qui préférait partir 
 
Plutôt que de vieillir 
 
Dans un corps desséché 
 
Et pourtant imbibé 
 
Qui préférait les fleurs 
 
Plutôt que la douleur 
 
Qui préférait la vie 
 
Plutôt que l’eau de vie 
 
Qui préférait l’amour 
 
Qui brûle chaque jour 
 
Qui préférait ma Rose 
 
Comme on préfère un’ dose 
 
Sans bien savoir pourquoi 
 
Pour qu’il ne fass’ plus froid 
 
Pour que chaque matin 
 
Soit un rayon de miel 
 
Qui sente bon le pain 
 
Grillé et le soleil 
 
Mais qu’est c’ que je fais là 
 
Assis sur mon trottoir 
 
Tout seul je broie du noir 
 
Je suis tombé bien bas 
 
Vite un coup d’eau de vie 
 
Viens mon chien chienn’ de vie 
 
A quoi bon désirer 
 
Ma Rose s’en est allée 
 
Et dans sa robe à fleurs 
 
S’est accroché mon cœur 
 
Mon cœur qui a choisi 
 
De vivre avec la vie 
 
En me laissant mes pleurs 
 
Et puis mon eau de vie 
 
A chaqu’ gorgée je meurs 
 
Un peu plus et je ris 
 
D’être si seul dehors 
 
D’être si seul dedans 
 
D’être ivre de douleur 
 
D’être ivre tout le temps 
 
Je ris de ma misère 
 
Comme on rit au cim’tière 
 
D’un rire incontrôlé 
 
D’un rir’ désespéré 
 
Et je me noie dedans.
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   17 
 
  
Le jour où la grand’ faux
 
 
 
J’ai besoin de donner 
 
De me donner et recevoir 
 
J’ai besoin d’être aimée 
 
D’aimer et de toujours y croire 
 
J’ai besoin de nature 
 
De vent d’écume et de forêts 
 
J’ai besoin d’ouverture 
 
D’immenses océans de sommets 
 
 
 
J’ai besoin de goûter 
 
A la diversité 
 
Des cuisines des langues 
 
Des danses des musiques 
 
Qui valsent, qui tournent, qui tanguent 
 
Sensuelles, puissantes, mystiques 
 
 
 
J’ai besoin de goûter 
 
A la diversité 
 
Des pensées des sourires 
 
Des projets des désirs 
 
Qui grandissent et mûrissent 
 
Au gré de maints courants 
 
Et qui changent souvent 
 
Et qui nous étourdissent 
 
 
 
J’ai besoin de plonger 
 
Dans un grand tourbillon 
 
De couleurs mélangées 
 
Formant un grand bouillon 
 
De cultur’s ancestrales 
 
Utérus primordial 
 
Qui palpite et qui bat 
 
Au rythme de nos pas 
 
 
 
J’ai just’ besoin de vivre 
 
De vivre à en être ivre 
 
De vivre à en mourir 
 
A en mourir de rire 
 
Le jour où la grand’ faux 
 
Fauchera mon épi 
 
Je rirai tant qu’il faut 
 
D’être si plein’ de vie 
 
Et je lui offrirai 
 
Mon épi défraîchi 
 
Comme l’arbre à la terre 
 
Offre son doux tapis 
 
Pour qu’elle se régénère 
 
Et fasse des petits 
 
Quand au printemps nouveau 
 
Fleurissent tous les nids 
 
Et que tous les ruisseaux 
 
Murmurent leur envie 
 
De rejoindre la mer 
 
En parcourant la terre 
 
Et en y déposant 
 
Mille parfums riants 
 
 
 
J’ai just’ besoin de vivre
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    18 
 

Peut-être que c’est ce que je… 
 

Y a ceux qui posent des bombes 
 
Ceux qui posent des problèmes 
 
Ceux qui posent des lapins 
 
Ceux qui posent des questions 
 
Et puis ceux qui posent nus 
 
Puis y a ceux qui postulent 
 
Ceux qui postent des lettres 
 
Des lettres en majuscules 
 
Qu’ils lanc’nt par la fenêtre 
 
Par la fenêtre ouverte 
 
Le soir au clair de lune 
 
D’une lune fraîche et nette 
 
Qui enlèv’ tout scrupule 
 
A ces deux jeunes êtres 
 
Qui s’aiment et qui hululent 
 
A en perdre la tête 
 
 
 
Y a ceux qui s’entretuent 
 
Et ceux qui s’entretiennent 
 
Puis ceux qui s’entrevoient 
 
Ceux qui s’entredéchirent 
 
Et puis ceux qui se centrent 
 
Qui se centrent et qui sentent 
 
Que mieux vaut se centrer 
 
Que s’entredéchirer 
 
Et ceux qui sentent ça 
 
Ont tout à fait compris 
 
Que le sens de la vie 
 
Est au centre de tout 
 
Et que s’aimer sans bruit 
 
S’aimer par dessus tout 
 
C’est sûr’ment plus sensé 
 
Que de s’entretuer 
 
 
 
Y a ceux qui pleurent et ceux qui rient 
 
Y a ceux qui mort et ceux qui vie 
 
Y a ceux qui dorment et ceux qui veillent 
 
Y a ceux qui morne ceux qui soleil 
 
Y a ceux qui chantent et ceux qui crient 
 
Ceux qui raison ceux qui folie 
 
Y en a tellement des gens qui 
 
Et moi dans tout ça qu’est-c’ que je 
 
 
 
Je pens’ que je rêve d’amis 
 
D’amour de joie et de ciel bleu 
 
Je pense avoir trouvé ce qui 
 
Me rend heureuse, ce qui m’émeut 
 
Et j’espère pouvoir le transmettre 
 
A mes enfants à tous ces êtres 
 
Qui ont perdu l’espoir d’un jour 
 
Pouvoir danser avec l’amour 
 
Peut-êtr’ que mon plus grand bonheur 
 
Sera de voir s’ouvrir ces fleurs 
 
Ces fleurs sans qui je ne suis rien 
 
Je ne peux vivre sans le lien 
 
Qui m’unit à l’humanité 
 
Et qui me permet de vibrer 
 
Peut-être que c’est ce que je…
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   19 
 
  
Prière à mon étoile 
 
 
 
Des étoil’s dans le ciel 
 
Et des étoil’s par terre 
 
Des étoil’s dans les yeux 
 
Des étoil’s dans le coeur 
 
Je vogue dans le ciel 
 
Bercée par le moteur 
 
Et hissant la grand voile 
 
Je rejoins mon étoile 
 
Celle de la confiance 
 
Celle qui porte chance 
 
Je l’invoque, je l’appelle 
 
Et j’espèr’ vraiment qu’elle 
 
Exaucera mon vœu 
 
De séjour bienheureux 
 
J’espèr’ qu’elle m’entendra 
 
Et guidera mes pas 
 
Durant ce beau voyage 
 
Dans les rues, sur la plage 
 
Parmi tous les parfums 
 
A l’aub’ chaque matin 
 
Dans le poisson, le thé 
 
Le riz et les djembés 
 
Fass’ que tout se passe bien 
 
Et que sur mon chemin 
 
Tout soit simple et fluide 
 
Comme un courant limpide 
 
Et fass’ qu’à mon retour 
 
Je puiss’ chanter l’amour 
 
De cette terr’ magique 
 
Envoûtante : l’Afrique
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    20 
 

Grazie mille merci merci 
 
 
 
Bourdonnement essaim de voix 
 
Et blablabli et blablabla 
 
Quatorze tons quatorze échos 
 
Tonalités d’un pays chaud 
 
Ma che cosa, che vuoi, che di’ 
 
Che bel paese l’ Italie 
 
J’avais oublié à quel point 
 
J’aim’ cette langue qui me rejoint 
 
Dans mon envie de m’exprimer 
 
Avec les mains et de chanter 
 
Ma che, ma no, vabbe’, si si 
 
Che ragazzi simpatici 
 
Quindicianni, sedicianni 
 
Les filles en « a » les gars en « o » 
 
Amadeo et Serena 
 
Valeria Giulia Matteo 
 
La Francesca la Marina 
 
Ca roule, ça tangue, ça m’ensoleille 
 
C’est plein de vie quelle merveille 
 
Qu’est-c’ que j’ les aim’ ces group’s d’ados 
 
Tant que je ne les vois pas trop 
 
Car je dois dir’ qu’à forte dose 
 
C’est le basta c’est l’overdose 
 
Mais quinze heur’s occasionnel’ment 
 
C’est vraiment l’ pied c’est vivifiant 
 
Et v’là-t-y pas que vendredi 
 
La bouche en cœur les yeux qui rient 
 
Ils m’ont tous offert un bouquet 
 
De tulip’s feu et de genêts 
 
Grazie mille merci merci 
 
Pour ce cadeau pour votre vie 
 
Pour vos grands yeux d’adolescents 
 
Parfois touchants parfois lassants 
 
Pour vos attitudes blasées 
 
Ou vos joues rouges enflammées 
 
Pour ce bouillonnement intense 
 
Que vous ne comprenez pas bien 
 
Mais qui vous sortant de l’enfance 
 
Vous conduit sur votre chemin 
 
Merci pour la fragilité 
 
Qui se lit en chacun de vous 
 
Parfois par la timidité 
 
Parfois par ce trop plein qui bout 
 
Merci de m’avoir rappelé 
 
Mon amour pour votre pays 
 
Merci de m’avoir rappelé 
 
Une période de ma vie 
 
Qui n’a pas toujours été rose 
 
Mais qui m’a permis une chose 
 
Me tromper pour mieux réussir 
 
Me blesser pour mieux rebondir 
 
Et maintenant je peux l’avouer 
 
Je suis heureuse et je le sais 
 
Merci la vie grazie mille !
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   21 
 
  
Je te garde en mon cœur 
 
 
 
Des larmes, des cris de peur 
 
Des rir’s plein de bonheur 
 
Des sanglots de détresse 
 
Des élans d’allégresse 
 
Violent’ séparation 
 
Vive flamm’ d’émotions 
 
Des chaînes, le goût du fer 
 
Un paradis sur Terre 
 
Des corps endoloris 
 
Un pays qui sourit 
 
La nausée le dégoût 
 
Tous les enfants qui jouent 
 
La porte sans retour 
 
Le soleil chaque jour 
 
Le mépris, le dédain 
 
Le partage sans fin 
 
La perte de ton nom 
 
Ton amour, ton pardon 
 
Afrique, ton cœur blessé 
 
A fait fleurir des fleurs 
 
Qui mon cœur ont touché 
 
Il saigne et moi je pleure 
 
Je pleure pour vos sourires 
 
Vos gestes si gentils 
 
Vos danses et vos rires 
 
Votre vie plein’ de vie 
 
Je pleur’ pour les familles 
 
Privées de liberté 
 
D’amour et d’infini 
 
Qui ont dû supporter 
 
La haine de ces fous 
 
Qui n’ont pas su comprendre 
 
Que vous aviez en vous 
 
Tout dont on peut s’éprendre 
 
J’ai reçu un cadeau 
 
Au-delà de tous mots 
 
Un cadeau très précieux 
 
Qui me touche et m’émeut 
 
Merci pour ce présent 
 
Merci d’être vivants 
 
Ton cœur beau Sénégal 
 
Est un grand feu de joie 
 
Un feu puissant, vital 
 
Qui pétille et flamboie 
 
Puisse ta terr’ toujours 
 
Ainsi chanter l’amour 
 
Et pardonner à ceux 
 
Qui se sont crus des dieux 
 
Et qui étaient bien moins 
 
Que des êtres humains 
 
Merci mon beau pays 
 
Je te garde en mon cœur 
 
Je rêve et je souris 
 
Emplie de ta chaleur
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    22 
 

A l’aube pâle 
 
 
 
Un visag’ blême 
 
A l’aube pâle 
 
Pleure un je t’aime 
 
Qui fait si mal 
 
Pleure un je t’aime 
 
Aux yeux cristal 
 
Pleure un je t’aime 
 
Qui fut fatal 
 
Ce visag’ blême 
 
A l’aube pâle 
 
Semble un poème 
 
Des fleurs du mal 
 
Un triste cri 
 
Désespéré 
 
Qui dans la nuit 
 
S’est échappé 
 
A l’aube pâle 
 
Tout semble mort 
 
Quand l’ombre baille 
 
Mais dort encore 
 
Quand le silence 
 
De cette nuit 
 
Chante la danse 
 
De l’insomnie 
 
Tout semble mort 
 
Mais ne l’est pas 
 
Comme ce corps 
 
Dont le cœur bat 
 
Au rythme fou 
 
Du désespoir 
 
Il est debout 
 
Et ne peut voir 
 
Le jour nouveau 
 
Plein de lumière 
 
Les chants d’oiseaux 
 
Qui désaltèrent 
 
Il ne voit rien 
 
De tout cela 
 
Il ne voit rien 
 
Il a si froid 
 
Et son cœur bat 
 
Fou de douleur 
 
Et son cœur bat 
 
Et son cœur pleure 
 
Pleure un je t’aime 
 
Qui fait si mal 
 
Pleure un je t’aime 
 
Aux yeux cristal 
 
Pleure un je t’aime 
 
Qui fut fatal
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   23 
 
  
Un bref instant d’ivresse 
 
 
 
Au creux de son désir 
 
Une envie s’est lovée 
 
Et c’est dans un soupir 
 
Qu’elle a pu s’exprimer 
 
C’était un doux soupir 
 
A peine chuchoté 
 
Empli de son désir 
 
D’être à son tour aimé 
 
Quelle délicatesse 
 
Quelle magie des mots 
 
Un bref instant d’ivresse 
 
Un je t’aim’ qui fait chaud 
 
C’est une pierr’ précieuse 
 
Un trésor de sirène 
 
Un’ perle lumineuse 
 
Un ballet de baleines 
 
C’est le prince charmant 
 
Des contes de l’enfance 
 
Le chevalier vaillant 
 
L’homme dans sa puissance 
 
Sa puissance d’amour 
 
D’amour et de tendresse 
 
Qu’il offr’ dans un toujours 
 
Empli de ses promesses
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    24 
 

SO-LI-DA-RI-TE 
 
 
La solidarité 
 
Soleil d’humanité 
 
Le sol de notre Terre 
 
Ses racines ses mers 
 
C’est la fraternité 
 
L’amour et l’amitié 
 
L’horizon pur et bleu 
 
La colomb’ dans les cieux 
 
C’est pouvoir se baisser 
 
Pour aider un enfant 
 
Un’ femme délaissée 
 
Un vieillard un parent 
 
C’est tendre une main douce 
 
A ceux qui n’y croient plus 
 
Se rappeler que tous 
 
Nous venons de la rue 
 
Nous somm’s nés des étoiles 
 
Et nous avons tissé 
 
Un’ gigantesque toile 
 
Durant tout’s ces années 
 
Une toile fragile 
 
Que nous devons choyer 
 
Comme un joyau qui brille 
 
Comme le feu sacré 
 
La solidarité 
 
Cœur de l’humanité 
 
Brûle en chacun de nous 
 
C’est un feu chaud et doux 
 
Que nous devons chérir 
 
Que nous devons offrir 
 
Sans réserves sans doutes 
 
Car il ne peut mourir 
 
C’est un’ petite goutte 
 
Qui ne peut pas tarir 
 
Et petit à petit 
 
Petite goutte à goutte 
 
Emplissons notre route 
 
D’un océan de Vie
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   25 
 
  
Je ne fais que m’enivrer 
 
 
 
Y a des attractions 
 
Que je n’ contrôl’ vraiment pas 
 
Certain’s réactions 
 
Qui sont plus fortes que moi 
 
C’est vraiment étrange 
 
Ces moments d’incertitude 
 
Ces instants d’échanges 
 
Troublants plus qu’à l’habitude 
 
Y a certains regards 
 
Certains mots certains sourires 
 
Qui font comme un dard 
 
Comme un éclair un soupir 
 
Ca m’électrifie 
 
Et je ne sais pas pourquoi 
 
Je sens que ma vie 
 
Se nourrit de ces émois 
 
Quand c’est vraiment bon 
 
J’en voudrais toujours un peu 
 
Plus que de raison 
 
Et dans un élan peureux 
 
J’espère déjà 
 
Croiser cet oeil ce regard 
 
Qui dans mon coeur bat 
 
Pour combler tout ce retard 
 
Comment puis-je faire 
 
Je ne peux pas résister 
 
Mais à quoi ça sert 
 
Je ne fais que m’enivrer 
 
C’est un vin subtil 
 
Fruité et si délicat 
 
Un parfum des îles 
 
Vanill’ mangue et chocolat 
 
Mais c’est tell’ment bon 
 
Que ne vois pas pourquoi 
 
La triste raison 
 
Viendrait m’enlever tout ça 
 
Alors oui oui oui 
 
Je veux vivre ces émois 
 
Et tant pis tant pis 
 
Si c’est déroutant parfois !
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    26
 

Voilà l’été 
 
Y a toujours ceux qui en font trop 
 
Et ceux qu’en font jamais assez 
 
Parfois certains se débrouill’nt bien 
 
Bravo bravo c’est très très bien ! 
 
Bravo Messieurs pour vos essais 
 
Votre courag’ votre toupet 
 
Vos tentativ’s et votre humour 
 
Votre génie votre bravoure ! 
 
 
 
Je me fais chier dans les bouchons 
 
Je tir’ la gueul’ comm’ tous ces cons 
 
Quand un charmant jeune homme bronzé 
 
Me dit : « Quel beau sourire caché ! » 
 
C’est bien trouvé je dois l’avouer 
 
Me voilà métamorphosée 
 
Je pars d’un grand éclat de rire 
 
Et lui découvre mon sourire 
 
Qui apparemment lui plait bien 
 
Puis je continue mon chemin 
 
Heureus’ comblée et détendue 
 
C’était bien là l’effet voulu ! 
 
Je me prélasse sur la plage 
 
Entre baignade et bavardage 
 
Et je joue avec les galets 
 
Chauffés au soleil de l’été 
 
Je les dépose sur ma peau 
 
C’est rigolo ça fait tout chaud 
 
Et puis sans bien penser à rien 
 
J’en pose un entre mes deux seins 
 
Comm’ par hasard à ce moment 
 
Un homme passe et vaillamment 
 
Me lance sur un ton sérieux : 
 
« Je prends sa place si tu veux ! » 
 
Y a toujours ceux qui en font trop 
 
Et ceux qu’en font jamais assez 
 
Parfois certains se débrouill’nt bien 
 
Bravo bravo c’est très très bien 
 
Bravo Messieurs pour vos essais 
 
Votre courag’ votre toupet 
 
Vos tentativ’s et votre humour 
 
Votre génie votre bravoure ! 
 
Deux jours plus tard pour patienter 
 
Ma voiture se fait ausculter 
 
Je rentre dans un magasin 
 
Qui d’habitud’ ne me dit rien 
 
Y a que des machin’s blanch’s et froides 
 
C’est glauqu’ ça me rendrait malade 
 
Putain encore quarante minutes 
 
Qu’est-c’ que j’ vais glander dans ce truc ?! 
 
Mais j’aperçois au fond là-bas 
 
Un grand écran home cinéma 
 
Qui passe en boucle des images 
 
D’animaux et de paysages 
 
Je me plant’ là comme un piquet 
 
En moins de deux un typ’ me fait : 
 
« C’est les animaux ou l’écran 
 
Qui vous attir’nt et plais’nt autant ? » 
 
C’était pas mal il faut le dire 
 
Mais la situation s’empire 
 
Il m’énumèr’ c’ qu’il a chez lui 
 
Le grand écran la chaîne hi-fi… 
 
Il pensait peut’êtr’ m’émouvoir 
 
Mais il a perdu tout espoir 
 
Car dans ma tête je pens’ déjà : 
 
« Oulala quel relou çui là !!! » 
 
Y a toujours ceux qui en font trop 
 
Et ceux qu’en font jamais assez 
 
Parfois certains se débrouill’nt bien 
 
Bravo bravo c’est très très bien ! 
 
Bravo Messieurs pour vos essais 
 
Votre courag’ votre toupet 
 
Vos tentativ’s et votre humour 
 
Votre génie votre bravoure ! 
 
Les pires sont ceux qui nous disent 
 
En regardant notre chemise : 
 
« T’as les deux plus beaux yeux du monde ! » 
 
Non mais oh dis ! J’ai l’air d’un’ blonde ?! 
 
C’est agréabl’ de voir qu’on plait 
 
Mais c’est sympa quand c’est discret 
 
Pour reluquer nos courbes tendres 
 
Les mecs pourraient quand même attendre 
 
Qu’on ne leur parl’ pas dans les yeux 
 
J’ aim’ mieux un regard pétillant 
 
Qu’un sourir’ baveux dégoûtant 
 
Car pour un tout premier contact 
 
Quelle lourdeur quel manqu’ de tact ! 
 
Le summum selon Sabrina 
 
C’est quand un beauf qu’on n’ connaît pas 
 
Qu’on a croisé deux ou trois fois 
 
Répond à un « comment ça va ? » 
 
« Ca ne va vraiment vraiment pas 
 
Je n’ai pas dormi de la nuit 
 
J’étais rongé par les soucis 
 
Car je pensais très fort à toi. » 
 
Au s’cours au s’cours vite aidez-moi !!! 
 
Y a toujours ceux qui en font trop 
 
Et ceux qu’en font jamais assez 
 
Parfois certains se débrouill’nt bien 
 
Bravo bravo c’est très très bien 
 
Bravo Messieurs pour vos essais 
 
Votre courag’ votre toupet 
 
Vos tentativ’s et votre humour 
 
Votre génie votre bravoure !
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   27 
 
  
Ma Virginie, ma Nirgivie 
 
Mon beau petit clown qui sourit 
 
Ma si chère et si grande amie 
 
Mon amoureuse ma chérie 
 
Celle qui a su m’écouter 
 
Au cœur de ces tristes années 
 
Qui m’a fait rire et fait chanter 
 
Maintenant tu me fais pleurer 
 
Pas de tristesse, non, d’amitié 
 
Je suis en train de t’écouter 
 
Sur notre cassette tu sais 
 
Je ris et je pleur’ de bonheur 
 
D’entendre nos deux voix en chœur 
 
D’entendre ton rire en cascade 
 
Et nos messages de malades 
 
Ma fauss’ not’ sur l’Homm’ de la Manche 
 
On s’en est payé de belles tranches ! 
 
Ta spécial’ dédicac’ sur Brel 
 
Cette chanson est tell’ment belle 
 
C’est ta déclaration d’amour 
 
Et je t’en fais une à mon tour 
 
Et maintenant te voilà ronde 
 
Comme un ballon, une rotonde 
 
Tu es encor’ plus généreuse 
 
Plus belle, plus femme plus heureuse 
 
Et bientôt dans tes bras douillets 
 
Dormira votre amour en paix 
 
Et Nicolas l’heureux papa 
 
Se blottira tout contre toi 
 
Et collera ses deux oreilles 
 
Contre les cœurs de ses merveilles 
 
Pour écouter la vie qui bat 
 
Et s’assurer qu’elle est bien là 
 
Ma Virginie, ma Nirgivie 
 
Mon beau petit clown qui sourit 
 
Ma si chère et si grande amie 
 
Mon amoureuse ma chérie
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    28
 

Le souffle de la paix 
 
 
 
Se rouler dans la boue 
 
Sauter dans les flaqu’s d’eau 
 
Observer l’eau qui bout 
 
Trouver ça rigolo 
 
Courir après les chats 
 
Cueillir des pommes vertes 
 
Les jeter sur les toits 
 
Et par la porte ouverte 
 
Les entendre crier 
 
S’en réjouir se sauver 
 
Dévaler les prés blonds 
 
En chantant des chansons 
 
Patauger dans les mares 
 
A la pêche aux grenouilles 
 
Ell’s se cachent se marrent 
 
Et je cherche et je fouille 
 
Monter dans un vieux chêne 
 
En faire une maison 
 
Parler comme une reine 
 
Rire de son bouffon 
 
Manger des mures mûres 
 
Et la langue noircie 
 
Escalader les murs 
 
Prendre des raccourcis 
 
« Pour dir’ qu’on est perdus 
 
Et qu’un grand loup méchant 
 
Nous a tous entendus 
 
Et s’aiguise les dents » 
 
Vit’ vite s’échapper 
 
En hurlant comm’ des fous 
 
Et se pelotonner 
 
Dans un abri tout doux 
 
Le sanctuaire des gros-mots 
 
Se confier des secrets 
 
Critiquer à mi-mots 
 
Jurer d’être muets 
 
Puis vient l’heur’ des histoires 
 
Qui font peur dans le noir 
 
Et comme la nuit tombe 
 
Nous filons comme des trombes 
 
Pour fuir tous les fantômes 
 
Les vampires les gnomes 
 
Qui vont se réveiller 
 
Et venir nous hanter 
 
Un tout petit effort 
 
J’aperçois notre port 
 
Fermons la porte à clef 
 
Et allons nous chauffer 
 
Près du bon feu de bois 
 
Où fume un chocolat 
 
Si chaud et savoureux 
 
Si épais si crémeux 
 
Qu’on se plonge dedans 
 
Sans hésiter un temps 
 
Avant de se plonger 
 
Dans un bain parfumé 
 
Et d’y faire des bulles 
 
D’y faire de l’apnée 
 
D’enfiler un gros pull 
 
En laine tricoté 
 
Par une main gentille 
 
Une main de mamie 
 
Et d’aller se blottir 
 
Au creux de bras douillets 
 
Doucement s’assoupir 
 
En rêvant de beignets 
 
De manège enchanté 
 
De poule en chocolat 
 
De sapin décoré 
 
Et de barba papa 
 
Et puis plus rien du tout 
 
Juste un souffle très doux 
 
Un souffle régulier 
 
Le souffle de la paix
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   29 
 
  
Ecoutez son silence 
 
 
 
C’est dans ce ventre en fleur 
 
Que mon cœur s’épanouit 
 
Que de minute en heure 
 
Se modèle ma vie 
 
C’est un petit bateau 
 
Qui berce tendrement 
 
Mes petits pieds nouveaux 
 
Mes envies mes élans 
 
C’est un bateau dans l’eau 
 
Une eau si tiède et bleue 
 
Que des poissons heureux 
 
M’observent en riant 
 
J’ai les yeux grand ouvert 
 
La nuit ne m’effraie pas 
 
Elle est puissante et fière 
 
Et me couve tout bas 
 
Mais ce que je préfère 
 
C’est ce ballon crémeux 
 
Qui sent si bon la mer 
 
Et les embruns mousseux 
 
J’y plongerais encore 
 
S’il n’avait disparu 
 
Mais j’ai quitté son bord 
 
Et je ne suis plus nu 
 
De ce beau ventre en fleur 
 
Où mon cœur s’épanouit 
 
Ne reste que son cœur 
 
A elle qui sourit 
 
Comme pour s’excuser 
 
De son souffle affaibli 
 
Elle m’enrobe un temps 
 
De son œil doux luisant 
 
Son regard se rivière 
 
Se fleuve et puis se mer 
 
Au coin de ses paupières 
 
L’obscurité se creuse 
 
C’est comme une prière 
 
Une ultime berceuse 
 
M’invitant au voyage 
 
A l’amour la folie 
 
A voguer sur les âges 
 
A inventer ma vie 
 
La mienne est là naissante 
 
Si pleine frémissante 
 
La sienne s’assoupit 
 
Mais m’insuffle son cri 
 
Aussi fort et brûlant 
 
Que le sang de la terre 
 
Elle me veut vivant 
 
Elle est femme elle est mère 
 
Ecoutez son silence 
 
Comme il est apaisant 
 
C’est le chant de l’enfance 
 
La caresse du vent.
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    30
 

Une fleur, un fruit mûr 
 
 
 
La caresse du vent 
 
Caresse d’un enfant 
 
Un’ petite main douce 
 
Une feuille qui pousse 
 
Le désir de l’attente 
 
Un soupir de détente 
 
Et navigue le père 
 
Sur la mère la mer 
 
Quelques vagues berçantes 
 
Vaguement enivrantes 
 
Et dans le creux des reins 
 
Et dans le creux le sien 
 
Dépose un doux murmure 
 
Une fleur un fruit mûr 
 
Dépose un doux trésor 
 
Tendre joue ros’ qui dort 
 
L’incroyable magie 
 
D’un enfant de la vie 
 
Une feuille qui pousse 
 
La caresse du vent 
 
Un’ petite main douce 
 
Caresse d’un enfant
 
  
  
Hélène

 
  

                                           
                   31 
 
  
Être tout simplement 
 
 
 
M’arrêter un instant 
 
Juste prendre le temps 
 
Le temps de respirer 
 
Me poser m’allonger 
 
Le temps de ne rien faire 
 
D’être juste sincère 
 
Le temps de m’émouvoir 
 
De m’offrir un espoir 
 
Et les paumes en creux 
 
Tournées vers les cieux 
 
Accueillir ce qui vient 
 
Sans en attendre rien 
 
Écouter mon émoi 
 
Qu’il soit brûlant ou froid 
 
Le laisser circuler 
 
Des racines aux pieds 
 
Lui livrer un espace 
 
Permettre qu’il m’enlace 
 
L’enlacer à mon tour 
 
Jusqu’au lever du jour 
 
Qui appelle la vie 
 
Dans mes mains un ami 
 
Un ami dont le cœur 
 
Me transmet sa chaleur 
 
Une chaleur intime 
 
Qui emplit mon abîme 
 
Qui emplit tout mon corps 
 
L’encourage à éclore 
 
L’encourage à renaître 
 
A me plonger dans l’être 
 
A délaisser le faire 
 
A m’unir à la Terre 
 
A ne faire plus qu’un 
 
A ne faire plus rien 
 
Être tout simplement 
 
Être ici maintenant
 
 
 Hélène 
 
 

                                           
                    32
 

Un goût de soleil et de miel 
 
 
 
Il l’effleure et à fleur de peau 
 
Elle ondule au son du piano 
 
Elle ondule en suivant ses mains 
 
Qui tiss’nt un voile sur ses seins 
 
Ses tendres petits monts frémissent 
 
Et puis doucement ses mains glissent 
 
Le long de ses hanch’s arrondies 
 
Rondes d’amour rondes de vie 
 
Ils invoquent dans le silence 
 
La douce étreinte de leur danse 
 
Sa bouche dans son cou brûlant 
 
Savoure ce feu, mord dedans, 
 
Souffle dessus pour l’attiser 
 
Le rendre fou le désirer 
 
Il plonge dans sa chevelure 
 
Vient se noyer dans sa cambrure 
 
Qu’elle cambre encore lui offrant 
 
Les courbes d’un désir naissant 
 
Langoureux langoureusement 
 
Leurs corps se mêlent lentement 
 
Amoureux amoureusement 
 
Leurs lèvres se cherch’nt espérant 
 
Se fondre dans un doux murmure 
 
Chuchoté sans en être sûrs 
 
Un murmure un gémissement 
 
Qui les emporte subtil’ment 
 
Vers des rivages inconnus 
 
Sauvages fertiles et nus 
 
Où la puissance de la terre 
 
Unit ses forces son mystère 
 
Pour donner corps à cette danse 
 
Et en glorifier la semence 
 
Ils se sont donnés, abandon 
 
Sans retenue et sans raison 
 
Leurs cœurs palpitent éblouis 
 
De s’être aimés s’être dit oui 
 
Et leurs peaux gardent le parfum 
 
D’une plénitude sans fin 
 
D’une saveur intemporelle 
 
Un goût de soleil et de miel
 
  
  
Hélène

11,12,13 novembre
 
  

                                           
                   33 
 
  
De tout mon cœur 
 
  
 
Partir du cœur 
 
Et inonder 
 
De ma chaleur 
 
Ce corps gelé 
 
Ce corps bleu qui 
 
Comme un flocon 
 
Si vite fuit 
 
Si vite fond 
 
Et ses mains blanches 
 
Bougent un peu 
 
Comme une branche 
 
Comme un adieu 
 
 
 
Partir du cœur 
 
Et insuffler 
 
A cette peur 
 
Un souffle entier 
 
Un souffle frais 
 
Si pur si vrai 
 
Si vrai si pur 
 
Un chaud murmure 
 
Une onde pleine 
 
Onde sincère 
 
Chassant la peine 
 
Et la misère 
 
 
 
Partir du cœur 
 
Et caresser 
 
Comme une fleur 
 
Ce corps blessé 
 
Ce corps nu qui 
 
Comme le jour 
 
S’ouvre à la vie 
 
S’ouvre à l’amour 
 
Ses doux pétales 
 
Vibrent un peu 
 
Danse vitale 
 
Comme le feu 
 
 
 
Partir du cœur 
 
Et redonner 
 
A cette fleur 
 
Le goût d’aimer 
 
Le goût de vivre 
 
Et d’en être ivre 
 
Le plaisir d’être 
 
La joie de naître 
 
L’intens’ bonheur 
 
D’entendre un cœur 
 
Un cœur qui bat 
 
Qui bat tout bas 
 
 
 
Partir du cœur 
 
Et embrasser 
 
De tout mon corps 
 
Cet être aimé 
 
Partir du cœur 
 
Et réchauffer 
 
Comme un trésor 
 
Ce corps aimé 
 
Partir du cœur 
 
Et enlacer 
 
Cœur contre cœur 
 
Ce nouveau né 
 
 
 
Partir du cœur 
 
Et juste aimer 
 
De tout mon cœur
 
 
 Hélène