Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...
Pixabay.com
Merde à Wuhan... 


En 1960, Léo Ferré enregistre une chanson qui sera un de ses grands succès : 'Merde à Vauban'.
En ces temps de pandémie et de confinement, j'ai trouvé que le sujet de la chanson originale se prêtait parfaitement à une actualisation. Je vous propose donc ci-dessous les paroles originales
 et celles qui reflètent notre situation présente. Peut-être un chanteur-musicien aura-t-il l'envie et les capacités de créer une vidéo sur YouTube...

Un petit montage sur YouTube est disponible avec la chanson de Léo Ferré...
TEXTE  ADAPTE

Bagnard, au bagne de Vauban 
Dans l'îl' de Ré 
J'mang' du pain noir et des murs blancs 
Dans l'îl' de Ré 
A la vill' m'attend ma mignonn' 
Mais dans vingt ans 
Pour ell' je n'serai plus personn' 
Merde à Vauban 
 
Bagnard, je suis, chaîne et boulet 
Tout ça pour rien, 
Ils m'ont serré dans l'îl' de Ré 
C'est pour mon bien 
On y voit passer les nuages 
Qui vont crevant 
Moi j'vois s'faner la fleur de l'âge 
Merde à Vauban 
 
Bagnard, ici les demoiselles 
Dans l'îl' de Ré 
S'approch'nt pour voir rogner nos ailes 
Dans l'îl' de Ré 
Ah! Que jamais ne vienne celle 
Que j'aimais tant 
Pour elle j'ai manqué la belle 
Merde à Vauban 
 
Bagnard, la belle elle est là-haut 
Dans le ciel gris 
Ell' s'en va derrière les barreaux 
Jusqu'à Paris 
Moi j'suis au mitard avec elle 
Tout en rêvant 
A mon amour qu'est la plus belle 
Merde à Vauban 
 
Bagnard, le temps qui tant s'allonge 
Dans l'îl' de Ré 
Avec ses poux le temps te ronge 
Dans l'îl' de Ré 
Où sont ses yeux où est sa bouche 
Avec le vent 
On dirait parfois que j'les touche 
Merde à Vauban 
 
C'est un p'tit corbillard tout noir 
Etroit et vieux 
Qui m'sortira d'ici un soir 
Et ce s'ra mieux 
Je reverrai la route blanche 
Les pieds devant 
Mais je chant'rai d'en d'ssous mes planch's 
Merde à Vauban
 


Confiné tu seras deux fois 
Dans ton studio 
Tu ronge’ ton frein, t’es à l’étroit 
Noir scénario 
Les rues de la ville agonisent 
A chaque instant 
L’espoir un peu plus s’amenuise 
Merde à Wuhan 
 
Masqué tu es soir et matin 
Les praticiens 
Ont redessiné ton destin 
C’est pour ton bien 
Défie-toi du virus couronne 
Envahissant 
Vénère ceux qui t’emprisonnent 
Merde à Wuhan 
 
Une loi gorgée de sagesse 
Pour ton bien-être 
T’alloue chaque jour une laisse 
D’un kilomètre 
Mais garde à ne pas te montrer 
Récalcitrant 
Si tu tombes sur les condés 
Merde à Wuhan 
 
Dans les entrailles de la sainte 
Médecine 
On se bagarre et l’on éreinte 
Les doctrines 
Voici la fin des superstars 
C’est révoltant 
La chloroquine est au rancart 
Merde à Wuhan 
 
Plus de restos, plus de ciné 
Finies les fêtes 
Une étreinte, un petit baiser 
La mort nous guette 
L’amour est un colis suspect 
Terrorisant 
Qu’il serait bon d’éradiquer 
Merde à Wuhan 
 
Les bienveillants laboratoires 
Attentionnés 
Ont embelli tous nos espoirs 
De séquestrés 
C’est un vaccin providentiel 
Et tout puissant 
Dont nous gratifiera le ciel 
Merde à Wuhan 
 
Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.