Le virus Marburg cause d'une future pandémie ?, site Images et Mots

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
Le virus Marburg cause d'une future pandémie ?

  Quel est ce virus Marburg dont on entend parler depuis quelques mois et qui alimente certaines prévisions catastrophistes ?

  A priori, rien de très inquiétant. Ce virus a été décrit pour la première fois en 1967 en Allemagne et en Yougoslavie. «En 1998, une épidémie de plus grande ampleur affecte 149 personnes près de Durba, une ville située dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC)» (Wikipedia). Peu de personnes atteintes, mais la létalité est de 80%. Très loin de celle que nous connaissons actuellement avec le Covid. En 2005, au nord de l'Angola, 227 personnes décèdent sur 252 atteintes. Mais, si le virus semble de toute évidence posséder une toxicité de premier ordre, le nombre de contaminés demeure extrêmement faible, et la zone concernée est circonscrite à quelques pays africains situés à proximité du Kenya à l'est et de la Guinée à l'ouest. 

 Pourquoi alors ce virus très localisé, qui, semble-t-il, a fait moins de cinq cents victimes depuis une cinquantaine d'années, revient-il soudain au premier plan de la préoccupation de certains lanceurs d'alerte ? Pour plusieurs raisons.
  D'abord, parce qu'il n'existe aucun traitement contre ce filovirus et que, comme nous l'avons vu, sa létalité est proche de celle d'Ebola, soit 50% à 90%. De quoi inquiéter en cette période où le monde panique pour un virus covidien qui, chez les personnes de moins de 70 ans et exemptes de comorbidités, a une létalité infime.
  Ensuite, parce que le soi-disant philanthrope Bill Gates a déclaré : «La menace de la prochaine pandémie pendra toujours au-dessus de nos têtes - à moins que le monde ne prenne les mesures pour l'empêcher.» (La Tribune, 28 janvier 2021). Entendre ce genre de prédiction dans la bouche d'un homme investi à fond dans la vaccinologie mondiale n'est pas anodin. Il y aurait donc lieu de considérer que le Covid n'est qu'une entrée en matière par rapport à ce qui peut nous atteindre prochainement. Étant donné que le gouvernement informe déjà qu'une quatrième dose est probable pour 'contrer' le Covid, il ne fait pas de doute que les vaccins en tous genres sont la nouvelle manne découverte par Pfizer et ses collègues de Big Pharma pour engranger les milliards de dollars.
  Une autre explication de l'éclairage porté sur ce virus Marburg réside dans le fait que Kieran Morrissey, un ingénieur irlandais, a lancé, il y a quelques mois, une alerte pour le moins détonante : 'Marburg',  cette fièvre hémorragique fatale à 80%, serait la prochaine pandémie planifiée. Pire, elle serait déjà installée subrepticement dans la population par le biais de la vaccination de masse actuelle contre le Covid 19 ! Et, pour couronner le tout, un vaccin, le Rivax, «contenant de la ricine» (un des poisons les plus toxiques connus, extrait du ricin), serait actuellement mis au point, de même qu'un test destiné, comme le PCR, à confirmer l'infestation par le virus Marburg. Roberto Petrella, gynécologue italien à la retraite a repris à son compte cette théorie dans une vidéo encore visible à ce jour, de même que Michel Dogna, le célèbre naturopathe (avec lequel j'ai fait un stage il y a 35 ans environ).

  Cette somme d'assertions semble aussi énorme qu'invraisemblable. Quelques recherches sur le sujet permettent de mettre à jour plusieurs inexactitudes. Il est dit dans l'un des articles que la ricine a été utilisée dans les attentats du métro de Tokyo en 1990. Il s'agissait de gaz Sarin, autre neurotoxique très puissant. Je n'ai trouvé aucune donnée sur les prétendus tests PCR qui seraient en cours d'élaboration selon Michel Dogna.
  En ce qui concerne le vaccin Rivax, les informations sont beaucoup plus complètes. La société biotechnologique Soligenix a effectivement développé un vaccin de ce nom, destiné à contrer l'empoisonnement à la ricine. Parallèlement, l'entreprise poursuit des recherches sur un vaccin antibactérien, nommé SGX943, ainsi que sur un vaccin contre les Filovirus (Marburg, Ebola).    


  Notons qu'un court article, paru en  juin 2006 dans 'La Recherche', fait état d'un «vaccin élaboré par une équipe nord-américaine (qui) offre des résultats encourageants chez l'animal». D'autre part, un article paru le 10/08/2018 dans 'The Lancet' résume les recherches menées sur les vaccins 'rVSV-ZEBOV' et 'GamEvac-Combi' contre le virus Ebola. Un autre article du 22/12/2014, toujours dans 'The Lancet' donne quelques informations sur les essais vaccinaux effectués en Ouganda : «Dans leur essai de phase 1b, en double aveugle, randomisé et contrôlé par placebo en Ouganda, 108 adultes en bonne santé âgés de 18 à 50 ans ont été randomisés pour recevoir trois doses aux semaines 0, 4 et 8 d'un vaccin à ADN bivalent codant pour les glycoprotéines du virus Ebola des souches Zaïre et Soudan, un vaccin à ADN codant pour la glycoprotéine du virus de Marburg, les deux vaccins administrés ensemble, ou un placebo». (Traduction Google).
  Il est certain que si une épidémie de type Ebola ou Marburg se diffusait dans le monde, avec 70% ou 80% de létalité, la situation serait infiniment plus préoccupante que celle vécue actuellement. L'angoisse serait alors pleinement justifiée, de même que la vaccination généralisée, à supposer que celle-ci soit alors opérationnelle...

  Mais on ne voit nulle part le rapport, souligné par Roberto Petrella et Michel Dogna, entre le Rivax et une future pandémie supposée de Marburg. Cela signifie-t-il pour autant que tout n'est qu'affabulation dans les théories précitées ?
  L'origine du virus Covid n'est toujours pas très clairement établie, même si elle semble tourner autour du laboratoire de Wuhan. À l'évidence, nous constatons aussi que la vaccination quasi totale de l'humanité (tout au moins dans les pays dits 'développés'), est à l'ordre du jour de tous les gouvernements. De nombreux médecins mettent en garde contre les effets délétères des vaccins antiCovid sur la circulation sanguine et, malgré l'optimisme béat qu'affichent les autorités, nous n'avons aucun recul sur les conséquences à moyen et long terme de ces produits. Ce n'est que dans plusieurs années que nous pourrons confirmer ou infirmer les avertissements donnés. 
  Pour quelle raison les 'élites' insistent-elles à ce point pour que 100% de la population soit vaccinée, alors qu'il est évident aujourd'hui, par le biais du variant Omicron, que les produits injectés n'empêchent en rien la contamination, ce qui est tout de même la fonction première d'un vrai 'vaccin'. Cette question est fondamentale car nous voyons chaque jour, dans nombre de pays dont la France, hélas, avec quelle rage le forcing est mené pour convaincre les sceptiques et les opposants. Ce forcing semble sans commune mesure avec la létalité très faible de ce virus.
  L'une des théories, parmi les plus 'complotistes', repose sur le fait qu'est recherchée, par cette pression intense, la suppression d'un groupe témoin qui n'aurait reçu aucun vaccin. 
  Le processus d'expérimentation des médicaments est bien connu. On crée un groupe qui recevra la nouvelle molécule, et un groupe témoin auquel sera délivré un placebo. La comparaison des deux microcosmes permettra de mettre à jour l'efficacité supposée du produit, ainsi que tous ses éventuels effets secondaires, du plus anodin au plus grave. 
  Supposons qu'il soit exact que les produits Pfizer ou Moderna génèrent des pathologies graves dans un avenir plus ou moins proche. La présence de plusieurs millions de non vaccinés qui, de fait, ne présenteront pas ces pathologies, sera la preuve que Comirnaty ou ses concurrents sont la cause très probable du problème. En revanche, si la totalité de la population avait reçu le 'vaccin', il serait infiniment plus difficile, voire impossible, d'imputer la responsabilité des nuisances à son administration. Nous voyons avec quelle difficulté les laboratoires admettent leurs erreurs (le cas du Depakine et de Sanofi est un exemple flagrant en ce moment). N'importe quelle cause externe, la radioactivité, les herbicides, un nouveau virus..., serait convoquée pour justifier les pathologies observées. Aussi incroyable qu'elle soit en apparence, cette théorie n'est cependant pas à exclure, surtout lorsqu'on constate, chaque jour, le degré de manipulation auquel les populations sont soumises.
  Qu'en est-il de cette future possible pandémie Marburg ? Impossible de répondre à ce jour. Reconnaissons que les quelques articles sur le sujet, qui se reprennent l'un l'autre en grande partie, ne paraissent guère sérieux.
 Ce qui est en revanche certain, c'est que les 'élites' mondialistes ne nous préparent pas des lendemains qui chantent. Entre contrôle général des populations, dématérialisation de la monnaie, ou encore hybridation homme machine grâce à l'Intelligence Artificielle, qu'un inquiétant Laurent Alexandre appelle de ses vœux et porte au pinacle, nous n'avons pas fini de découvrir les sauces auxquelles nous allons être dévorés dans un avenir proche...  

    6 janvier 2022