Colère divine, film de Sebastián  Schindel, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Colère divine,
       (La ira de Dios),      2022, 
 
de : Sebastián  Schindel, 
 
  avec : Macarena Achaga, Diego Peretti, Mónica Antonópulos , Juan Minujín, Romina Pinto,
 
Musique : --

  
 
Luciana Blanco (Macarena Achaga) contacte un jour Esteban Rey (Juan Minujín), journaliste pour lequel elle avait travaillé plusieurs années auparavant. Elle lui demande d'écrire son histoire. Luciana est persuédée que le célèbre écrivain Kloster (Diego Peretti), pour lequel elle tapait ses textes jadis, tue les uns après les autres les membres de sa famille. Le premier a avoir disparu était Ramiro (Santiago Achaga), l'un des frères de la jeune femme...
 
 Une tragédie famliale inspirée d'un roman de Guillermo Martínez, écrivain et mathématicien argentin, sorti en 2007 et intitulé : "La mort lente de Luciana B". À partir d'un fait en apparence anodin, un baiser donné à Luciana par Kloster qui s'était mépris sur l'attitude de la jeune fille et qu'il regrette aussitôt, se développe une suite de drames qui détruisent peu à peu la vie des deux familles. Cette progression dans l'horreur est à la fois abstraite (hormis l'agression de Bruno, l'un des frères de Lucian, les autres morts ne sont jamais visualisées) et terriblement présente dans son impact sur le devenir des survivants. Le pilier central est bien sûr un Kloster impressionnant aussi bien par sa physionomie marmoréenne que par l'ambiguïté qu'il entretient savamment et par la mystique vengeresse qu'il applique de manière aussi robotisée qu'implacable. En revanche il est regrettable que cette mise en œuvre de la loi du talion soit transcrite de manière aussi linéaire et basique. Si Diego Peretti se montre en adéquation avec son personnage tant par son physique que par son expressivité glaçante, il n'en est guère de même de Macarena Achaga, qui ne marque guère le souvenir du spectateur, ni par son physique, ni par son jeu. Le dénouement est construit dans la logique de ce qui précède, mais laisse perplexe quant l'ouverture béante qui est accordée au prédateur. 
   
Bernard Sellier