Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Epouses et concubines ",
         
( Da hong deng long gao gao gua ),       1997, 
 
de : Zhang  Yimou, 
 
  avec : Gong Li, Caifei He, Jingwu Ma, Cuifen Cao,
 
Musique : Naoki Tachikawa, Jiping Zhao
















*******

 
  
         




















































 
 
   Songlian (Gong Li) a 19 ans. Elle devient la quatrième épouse d'un homme riche appartenant à la famille Chen. Elle s'installe dans la grande demeure de son conjoint et fait connaissance avec les trois premières épouses, dont la seconde, Zhuoyun (Cuifen Cao) et la troisième, une ancienne cantatrice, la jolie Meishan (Caifei He). Chaque soir, le maître fait allumer les gros lampions devant la maison de la femme choisie pour la nuit. Les tensions ne tardent guère à s'établir entre les quatre épouses... 
 
   Le cinéma extrême-oriental et chinois en particulier, aime les extrêmes. Soit nous assistons à des spectacles débridés, à l'agitation désordonnée, dans lesquels les protagonistes, guerriers ou fantômes, sautent, se contorsionnent, volent, comme montés sur ressorts. Soit nous nous trouvons, comme ici, devant une suite de tableaux lents, répétitifs, dans lesquels le temps semble s'être définitivement arrêté, dans une unité de lieu totale. Les plans sont fixes, souvent les mêmes. Les mouvements mesurés de la caméra s'accordent à l'académisme bridé qui enveloppe ce drame. Seuls les changements de saisons apportent un changement infime à ce décor immuable. Si n'apparaissait dans le cours de l'histoire un gramophone qui permet de situer celle-ci dans les années 1930 ou 1940, on pourrait tout aussi bien s'imaginer au Moyen-Age ou au vingt sixième siècle, tant l'atmosphère figée est totalement séparée, dissociée, de l'espace et de l'époque.  
 
   Pour le spectateur occidental moyen, il est difficile d'imaginer que de telles conditions d'existence puissent se perpétuer dans un semblable immobilisme féodal. Beaucoup de civilisations font de la femme une sous-créature. Ici, nous sommes dans le pays qui a donné naissance à une civilisation raffinée, à une philosophie évoluée, à Confucius, au génial Yi-King... Tout est donc subtilement structuré. La femme est un objet, bien sûr, mais décoré, servi, vénéré dans la mesure où elle sert les desseins de son époux tout puissant, d'une certaine manière adulé. Sa vie est celle d'une prisonnière, bien sûr, mais dans un palais doré, richement vêtue. Bien évidemment, sous ce vernis glacé, bouillonnent les jalousies, les rancoeurs, les désirs de vengeance. Puisque les volcans n'ont pas le droit de s'extérioriser, la lave court sous les riches ornements, sous les robes chatoyantes et brûle les faibles, les désespérés, ou les maladroits.  
 
   Peinture accablante et désespérante d'un monde pétrifié dans lequel tout ce qui n'est pas rite est coutume, et tout ce qui n'est pas coutume est tradition ! Mais nous sommes tellement éloignés, sympathiquement, de cette civilisation, que les tragédies intérieures vécues par ces femmes dans cette atmosphère hors du monde, nous paraissent quelque peu abstraites et désincarnées. 
 
   
Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.