Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Fury ",
         2014, 
 
de : David  Ayer, 
 
  avec : Brad Pitt, Shia LaBeouf, Logan Lerman, Michael Pena,
Jon Bernthal, Jim Parrack, Alicia von Rittberg, Jason Isaacs,

 
Musique : Steven Price
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   1945. Les troupes alliées envahissent progressivement l'Allemagne, mais de nombreuses poches de résistance existent encore. Avec ses trois compagnons, Don Collier (Brad Pitt) combat l'ennemi à bord d'un char d'assaut. On lui adjoint une jeune recrue, Norman Ellison (Logan Lerman). Son apprentissage de la guerre est plus que difficile... 
 
   Toutes proportions gardées, "Fury" est un peu aux chars ce qu'était "Le bateau" aux sous-marins. Enfermés dans leur prison blindée, les cinq hommes luttent autant contre l'adversaire que contre leur peur et la sauvagerie qu'elle peut génèrer. Comment est-il possible de conserver, en plein coeur de la barbarie, une "conscience nette", ainsi que l'exprime le jeune Norman dans une espérance follement inconsciente ? La réponse est simple : c'est radicalement impossible. Le message n'a rien de nouveau. Toute guerre est sale, traumatisante, et transforme totalement les participants. Cela dit, le récit ne se veut pas entièrement noir, et ménage quelques plages plus ou moins salvatrices, histoire de ne pas sombrer dans un manichéisme impur et dur. "Les idéaux sont pacifiques, l'Histoire est violente", affirme Don Collier. Tout dépend de quels idéaux il est question. Le conducteur de ce petit groupuscule d'hommes d'origines diverses, unifiés jusqu'à la mort par leur attachement à leur guide et à leur machine, incarne traditionnellement l'héroïsme et le jusqu'au boutisme du service aux frères d'armes. Rien de très novateur là non plus. Il n'empêche que, pris dans son ensemble, le film affiche une puissance dramatique incontestable, et offre deux moments inoubliables : la scène dans la maison de la jeune Emma (Alicia von Rittberg) et, surtout, une conclusion aussi sobre que porteuse d'espérance sur l'étincelle d'humanité qui survit en chacun dans les conditions les plus cruelles.
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.