Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     

L'intrusion, (Intrusion), film de Adam Salky, site Images et Mots

 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

L'intrusion,
     (Intrusion),        2021, 
 
de : Adam  Salky, 
 
  avec : Freida Pinto, Logan Marshall-Green, Robert John Burke, Megan Elisabeth Kelly, Sarah Minnich,
 
Musique : Alex Heffes

   
   Henry Parsons (Logan Marshall-Green), architecte, a fait construire une magnifique villa pour abriter son amour avec sa femme Meera (Freida Pinto). Lorsqu'ils rentrent un soir, ils s'aperçoivent que leur maison a reçu des visites, mais, bizarrement, rien n'a été volé. Quelques jours plus tard, des inconnus s'introduisent chez eux durant la nuit...  
 
   Si un apprenti cinéphile regarde ce genre de film pour la première fois, il peut être bluffé et ressentir une certaine empathie pour le drame vécu par Meera. Mais pour celui qui a déjà visionné une multitude de créations du même genre, la donne est très différente. On peut même dire qu'il est étonnant, en 2021, même pour Netflix qui ne se montre pas toujours très exigeant avec les films qu'il diffuse (c'est différent pour les séries !), de voir sortir une histoire aussi classique, qui, à aucun moment, ne se démarque en quoi que ce soit, de ce qui a été créé antérieurement. Si on excepte le fait, méritoire !, que le vilain ne se relève pas une fois assommé, il est possible de trouver ici à peu près tous les poncifs du genre. En particulier, on peut se demander pourquoi les scénaristes persistent, contre toute vraisemblance, à insuffler une telle dose d'idiotie à leurs victimes potentielles. Meera en est un nouvel exemple type. Elle découvre que son mari cache un lourd secret. Il serait logique de penser qu'elle va mener ses investigations au moment ou son cher et tendre est absent. Eh bien non ! Elle choisit le moment où il est à quelques mètres pour s'enfoncer dans la pièce souterraine qu'il a dissimulée avec soin ! Évidemment, le pourquoi de ce lieu commun est clair : cela permet de faire frissonner le spectateur qui se demande à quel moment la vilaine curieuse va se faire surprendre par son Barbe bleue. Mais le truc est tellement éculé que c'est surtout le ridicule de la situation qui saute aux yeux. Étant donné qu'il est impossible de trouver dans cette œuvre une quelconque originalité, et que les acteurs assurent le minimum syndical, on devra donc se contenter du charme de Freida Pinto. C'est bien peu...
 
  Bernard Sellier