Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" The Magdalene sisters ",
            2002, 
 
de : Peter  Mullan, 
 
  avec : Geraldine McEwan, Anne-Marie Duff, Nora-Jane Noone,
 Dorothy Duffy, Eileen Walsh, Britta Smith,

 
Musique : Craig Armstrong
















*******

 
  
         




















































 
 
 
       Margaret (Anne-Marie Duff), Bernadette (Nora-Jane Noone), Rose (Dorothy Duffy) : trois jeunes filles qui se retrouvent emprisonnées de force, par leurs parents, en 1964, dans un couvent irlandais. Leur crime : avoir commis le péché de la chair, quelquefois contre leur gré, ou même, avoir simplement regardé d'un peu trop près les garçons de leur âge ! Dans l'enfer qui les "accueille", règne en maîtresse absolue soeur Bridget (Geraldine McEwan). Leur vie quotidienne : corvées du matin au soir, brimades, punitions corporelles. Mais tout cela, bien sûr, pour l'accession au Paradis !... 
 
   Il ne s'agit, hélas, nullement d'une fiction. Et, paradoxalement, si l'on parvient, à l'extrême rigueur, à comprendre que, pour divers traumatismes psychologiques, une personne puisse avoir le cerveau détraqué au point de détruire ses semblables, beaucoup plus difficile est l'acceptation du fait que ce massacre puisse être perpétré par de soi-disant représentants d'un Christ d'amour ! Au Moyen-Age, en pleine période d'obscurantisme, sous le règne terroriste de l'Inquisition, passe encore. Mais il y a dix ou vingt ans de cela ! Dans un pays d'Europe proche de nous ! De manière institutionnalisée... De quoi vous congeler le coeur ! 
 
   Indispensable, donc, cette oeuvre. Mais surtout, de facture admirable. Avec sobriété, justesse, authenticité, sincérité, grâce à l'implication exceptionnelle des actrices, le réalisateur dépeint le quotidien cauchemardesque de ces jeunes filles, oppressées, manipulées, étouffées non seulement par la présence odieuse des soeurs, mais surtout par le rejet écoeurant des pères et mères, englués dans un intégrisme barbare faisant du péché un rouleau compresseur qui broie toute velléité d'amour parental. Sans jamais sombrer dans la simplification ou le sentimentalisme, Peter Mullan décrit avec acuité et rectitude la destruction intérieure inhérente à ces années de tortures, tant physiques que morales. Entrées pures, aimantes, spontanées, parfois joyeuses, ces jeunes adolescentes voient se désintégrer rapidement toutes leurs qualités juvéniles. En lieu et place, grandissent égoïsme, rancoeur, colère, méfiance, haine. Au bout de quelques années, deux voies s'offrent à elles : l'identification aux bourreaux (la vieille Katy (Britta Smith)), ou la folie (la malheureuse Crispina (Eileen Walsh)). 
 
   Le classicisme de la mise en scènne, sa discrétion, sa neutralité, contribuent à mettre en exergue l'horreur quotidienne endurée par ces victimes du fanatisme d'un autre âge hypocritement prêché au nom d'une morale fondée sur le refus du plaisir. Une représentation intolérable et hideuse de ce que peut être l'enfer dont les "saintes" religieuses menacent à plaisir les pauvres recluses. Mais un enfer bien physique et d'essence intégralement humaine.  
 
   Tragique et déchirant !

 

 
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.