Niagara, film de Henry Hathaway, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Niagara,
     1953, 
 
de : Henry  Hathaway, 
 
  avec : Marilyn Monroe, Joseph Cotten, Jean Peters, Richard Allan, Max Showalter,
 
Musique : Sol Kaplan

   
 
Ray Cutler (Max Showalter) et sa femme Polly (Jean Peters) arrivent aux chutes du Niagara pour un week-end amoureux. Dans le motel qu'ils ont retenu, ils font la connaissance de la charmante Rose Loomis (Marilyn Monroe), dont le mari, George (Joseph Cotten) semble dépressif...  
 
 Ce grand classique est fondé sur un scénario très épuré, comme c'était souvent le cas dans cette période, surtout lorsque la vedette de l'affiche, en l'occurrence la sculpturale Marilyn, attirait beaucoup plus le public que l'histoire en elle-même. Mais, dans le cas présent, une seconde vedette, plus importante encore, capte l'attention. Il s'agit des superbes chutes du Niagara qui jouent un rôle permanent et permettent d'offrir un dénouement assez spectaculaire. À partir d'une banale affaire de tromperie, le récit développe un petit drame intimiste qui ne fait guère d'étincelles, ni sur le plan du suspense, ni sur celui de l'analyse psychologique. Les personnages sont réduits à une expression unique, simpliste. Il y a la femme fatale, avec une Marilyn sensuelle au possible, mais toujours aussi limitée dans ses expressions ; le mâle dépressif qu'il faut éliminer ; l'amant dont on ne sait strictement rien ; le premier témoin, un Ray Cutler, sourire Gibbs en avant, qui, comme le dira quelques décennies plus tard Thierry Lhermitte dans «Le dîner de cons», affiche une bonne tête de vainqueur ; et surtout la charmante Polly, moins tape à l'œil que sa consœur, mais infiniment plus intéressante.

 Ces bases primaires paraissent, soixante-dix ans plus tard, bien maigres pour alimenter l'enthousiasme d'un spectateur habitué à un minimum d'approfondissement des personnages et à des intrigues nettement plus fouillées. Un petit quatre étoiles pour la nostalgie, pour la beauté du cadre et pour le charme discret de Jean Peters. 

   
Bernard Sellier