Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

L'odyssée de la vie,
           2005,  
 
de : Nils  Tavernier, 
 
  avec : --
 
Musique : Carolin Petit

 
   
Un documentaire sur le développement du foetus depuis le grand voyage du spermatozoïde jusqu'à l'accouchement, neuf mois plus tard... 
 
   Les images de synthèse permettent une visualisation merveilleuse de phénomènes soit invisibles (c'est le cas ici, encore que les nouvelles techniques d'investigation autorisent la découverte d'un grand nombre de phénomènes jadis inperceptibles), soit imaginés (par exemple les hypothèses de construction des pyramides). Pendant les premières minutes du film, nous avons la stupéfaction de découvrir le voyage invraisemblable qu'effectuent les millions de spermatozoïdes pour qu'un seul, à l'arrivée, ait la récompense (?) de pénétrer l'ovule ! Le Tour de France, à côté, est une sinécure absolue ! 
 
   Une fois passé ce moment étonnant, il ne nous reste plus grand chose à nous mettre sous la dent (ou plus exactement, sous l'oeil !). Le couple formé par Barbara et Manu est assurément chaleureux, et le ressenti de la jeune femme tout au long des neuf mois est aussi spontané que sympathique. Mais il faudrait véritablement débarquer de la planète Saturne pour apprendre quelque chose de palpitant ou de novateur pendant ces soixante dix minutes au cours desquelles le réalisateur nous livre des commentaires ou observations cent fois entendus dans d'autres documentaires du même genre. La vision de l'embryon, puis du foetus, toujours en images de synthèse, est plus que répétitive, et le parti-pris de ne fournir aucune vision vivante crée une frustration réelle. L'ensemble donne l'impression d'une odyssée romantique parsemée de quelques informations et représentations destinées aux moins de 10 ans. Ou, conjointement, d'une publicité déguisée pour ce parc d'attractions plus que controversé qu'est Marineland... 
 
   Passablement décevant !

   
Bernard Sellier