Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Papillon,
      1973, 
 
de : Franklin D.  Schaffner, 
 
  avec : Steve McQueen, Dustin Hoffman, Anthony Zerbe, Robert Deman, Don Gordon,
 
Musique : Jerry Goldsmith

 ❤❤❤ 
  
   
Henri Charrière (Steve McQueen), dit "Papillon", est condamné au bagne de Cayenne pour le meurtre d'un souteneur qu'il nie avoir commis. Il arrive par bateau en compagnie de nombreux prisonniers, parmi lesquels Louis Dega (Dustin Hoffman) un célèbre faussaire. Les deux hommes sont envoyés dans les marais. A la suite d'une échauffourée, Papillon tente de s'échapper. Mais il est vite repris et doit purger deux années à l'isolement complet en plus de ses années de peine. Lorsqu'il retrouve l'air libre, il est bien décidé à trouver par tous les moyens un bateau pour renouveler sa tentative d'évasion... 
 
   Fondé, comme chacun le sait, sur l'histoire authentique vécue par Henri Charrière, le film dépeint avec une authenticité et un réalisme saisissants les conditions de vie ( à supposer qu'il soit possible d'employer un semblable terme ! ) des prisonniers, ou plutôt des bagnards qui, jusqu'en 1946 ont été expédiés en Guyane afin de purger leur peine et, comme le dit l'un des responsables du camp, afin de débarrasser la France de leur présence. Sans jamais forcer le trait, l'oeuvre dissèque avec acuité, grâce en grande partie aussi à l'interprétation exceptionnelle des deux acteurs, la lente et inéluctable brisure des personnalités, avec, pourtant, dans certains cas rarissimes, une étincelle d'espoir tellement ancrée dans l'âme qu'elle parvient, malgré les décennies d'incarcération, à briller en permanence, jusqu'à permettre la plus délirante et improbable des évasions. La luxuriance et la splendeur de certains décors naturels contraste de manière poignante avec la désertification intérieure qui gagne progressivement les corps, les coeurs et les esprits.  
 
   Une tragédie aussi sobre que puissante et profondément humaine.

   
Bernard Sellier