Présumé coupable, film de Vincent Garenq, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Présumé coupable,
          2011,  
 
de : Vincent  Garenq, 
 
  avec : Philippe Torreton, Noémie Lvovsky, Wladimir Yordanoff, Raphaël Ferret, Michelle Goddet, Farida Ouchani,
 
Musique : --


 Alain Marécaux (Philippe Torreton), huissier de justice mène une vie tranquille avec sa femme Edith (Noémie Lvovsky) et leurs enfants jusqu'à ce que, un matin, la police l'arrête pour le viol de plusieurs enfants. C'est le juge Fabrice Burgaud (Raphaël Ferret) qui instruit l'affaire. Un cauchemar commence pour Alain et sa famille...
 
 Le film est directement inspiré par le livre d'Alain Marécaux, 'Chronique de mon erreur judiciaire'. L'affaire d'Outreau ne peut être oubliée par ceux qui avaient au moins vingt ans dans les années 2000. Elle a été le symbole de la faillite de la justice, (cadavre non retrouvé, accusateurs qui se rétractent...), puisque le 1er décembre 2005, treize accusés sont acquittés en appel. Le juge Burgaud, lui, n'écopera que d'une réprimande. Une autre question grave concernait la fiabilité de la parole des enfants. L'avocat Dupond Moretti avait été particulièrement agressif, paraît-il, à l'encontre de ceux-ci.

 Le film est entièrement porté par un Philippe Torreton exceptionnel d'intensité, qui se métamorphose physiquement au fil des mois de prison, de sa grève de la faim et de ses tentatives de suicide. Même s'il ne fait guère de doute qu'il y a eu là une erreur judiciaire majeure et une instruction profondément défaillante, le récit surprend par son parti pris absolu de condamnation des autorités. Les policiers sont odieux, le juge d'instruction l'est encore plus, le procureur tout autant. Bref, il n'y a pas l'ombre d'une éclaircie dans l'univers de l'accusation. Nous ne sommes guère haitués à un tel manichéisme dans l'approche du système judiciaire. Mais peut-être s'agit-il d'une relation authentique de la vérité vécue par Marécaux. Ce qui est aussi matière à réflexion, c'est le fait que l'un des acquittés dans l'affaire d'Outreau, Franck Lavier, fait face depuis peu à des accusations de viol dans sa propre famille. Un film indispensable pour mettre en lumière la souffrance d'être accusé à tort, mais qui laisse un goût amer dans son approche primaire du tout blanc ou tout noir. 

   
Bernard Sellier