Strange but true, film de Rowan Athale, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Strange but true,
      2019, 
 
de : Rowan  Athale, 
 
  avec : Nick Robinson, Greg Kinnear, Amy Ryan, Brian Cox, Margaret Qualley, Connor Jessup, 
 
Musique : Neil Athale

 
 
Ne pas lire avant d'avoir vu le film...
 

 
Le jeune Philip (Nick Robinson) vit avec sa mère Charlene (Amy Ryan). Ils reçoivent un jour la visite de Melissa (Margaret Qualley), qui était la petite amie de Ronnie (Connor Jessup), le frère de Philip, tué dans un accident de voiture cinq ans plus tôt. Melissa est enceinte et annonce que l'enfant est de Ronnie...
 
 Le mot qui résume le mieux cette histoire est : 'banal'. Les premières scènes semblent annoncer une certaine dose de mystère. Nous avons affaire à une jeune fille qui paraît tout à fait normale, même si elle consulte une voyante extra lucide, et un ésotérisme machiavélique pointe le bout de son nez. Mais les scènes qui suivent font vite retomber le soufflé qui commençait à monter, puisque Charlene envisage très rapidement la possibilité d'une congélation de sperme qui aurait pu être effectuée par son ex-mari médecin, Richard (Greg Kinnear). Le spectateur se prend alors à espérer une bonne machination des familles, mais, une fois, encore, le soufflé, déjà passablement dégonflé, s'écrase définitivement sans espoir de résurrection. C'est donc une (très) banale histoire qui finit par se développer, avec un ex-flic qui n'est pas la gentille personne que l'on pense. Si l'on ajoute à cela un happy end ridicule, des acteurs qui ne semblent pas du tout concernés par leurs incarnations, un doublage très moyen, et une réalisation qui se contente de filmer décor et personnages, il ne reste plus grand chose à sauver. 

   
Bernard Sellier