Till death, film de S.K. Dale, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Till death,
      2021, 
 
de : S.K. Dale, 
 
  avec : Megan Fox, Eoin Macken, Callan Mulvey, Jack Roth, Aml Ameen,
 
Musique : Walter Mair


 Mark Webster (Eoin Macken), riche avocat, souhaite fêter dignement l'anniversaire de sa femme Emma (Megan Fox). Après un dîner chic au restaurant, il l'emmène les yeux bandés vers une destination mystérieuse. Mais la surprise n'est pas tout à fait celle qui est attendue... 
 
 De mémoire de cinéphile, je ne suis pas sûr d'avoir assisté un jour à une histoire à dormir debout, se voulant sérieuse, qui accumule autant d'invraisemblances. Il semblerait que ce soit une création originale, car sur IMDB il n'est fait mention d'aucun roman susceptible d'être à l'origine du récit. Quoi qu'il en soit, l'intérêt principal du film, qui lorgne manifestement vers le style et l'inspiration des frères Coen («Fargo», par exemple), sans en avoir la plus petite parcelle de génie, est de répertorier les aberrations scénaristiques qui s'amoncellent avec une constance désarmante. Deux exemples parmi la multitude : il fait environ -15° à l'extérieur avec un blizzard infernal, mais la bouche de la charmante Megan Fox n'émet aucune buée ; au milieu de l'aventure, elle assomme d'un magistral coup de club de golf le vilain Bobby (Callan Mulvey), qui traverse le plafond et chute de trois mètres, mais quinze secondes plus tard il est frais et dispos sans une égratignure. Si on ajoute à cela une intrigue abracadabrante aux enjeux totalement artificiels, et une Megan Fox aussi expressive qu'un pot de fleurs, il est évident qu'il n'y a pas grand chose à sauver dans cette création. Deux étoiles cependant, car certaines péripéties génèrent de francs éclats de rire, ce qui n'était pas prévus, on s'en doute.  

   
Bernard Sellier