Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Trom :
  les falaises, le vent et la mort,    Saison 1,        2022,  
 
de : Torfinnur  Jákupsson, 
 
  avec : Ulrich Thomsen, Maria Rich, Olaf Johannessen, Helena Heðinsdóttir, Magnus Reinert Gásadal,
 
Musique : Ólavur Jákupsson

 Ne pas lire avant d"avoir vu la série...
   

 
La jeune Sonja á Heyggi (Helena Heðinsdóttir), militante pour la défense des animaux, est retrouvée noyée, alors qu'elle se sentait menacée. Son ami Páll Hansen (Dánjal á Neystabø) a été victime d'un accident de la route. L'inspectrice Karla Mohr (Maria Rich) mène l'enquête conjointement avec le journaliste Hannis Martinsson (Ulrich Thomsen), qui vient de découvrir que Sonja était sa fille... 
 
 Le décor superbe des îles Feroe, une atmosphère nordique et dépaysante, la chasse à la baleine, un mystère qui semble ancré dans le heurt brutal entre les pratiques traditionnelles et les combats des écologistes... Tout paraît réuni pour donner naissance à une nouvelle création palpitante comme savent en composer les pays d'Europe du nord. Pourtant, on décèle très vite quelques petits détails qui desservent l'œuvre. Tout d'abord un doublage moyen. Ensuite une certaine banalité dans la mise en place des éléments narratifs et l'absence de cette captation magnétique du spectateur qui saisit parfois d'emblée, grâce à l'authenticité des climats et à la densité intérieure qui émane des personnages. Nous ne ressentons pas ici une emprise émotionnelle envoûtante qui happe l'attention, mais nous assistons à une intrigue policière classique, dont l'originalité première réside dans son décor naturel. Les trois personnalités principales sont définies avec simplicité mais justesse, même si la brièveté de la série (6 épisodes) ne laisse guère la possibilité d'une évolution réelle des tempéraments. Il y a Hannis, le père obstiné dans la découverte de la vérité, Ragnar í Rong (Olaf Johannessen), le mafieux local dépeint avec sobriété, et Karla, l'inspectrice ambiguë qui voit l'enquête se rapprocher dangereusement de sa famille. La construction dramatique est de bonne qualité, et il est bon de saluer un dénouement qui privilégie la dramaturgie intime à une issue grandiloquente. Dommage qu'il n"y ait pas ce zeste d'originalité, de génie, ou de tension émotionnelle implacable, qui aurait transformé cette très bonne série en une œuvre majeure. La surprise vient du fait que la dernière scène annonce, par son rebondissement majeur, une suite inévitable.
   
Bernard Sellier