Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Vicky Christina Barcelona,
        2008, 
 
de : Woody  Allen, 
 
  avec : Rebecca Hall, Javier Bardem, Scarlett Johansson, Penelope Cruz, Kevin Dunn, Chris Messina, Patricia Clarkson,
 
Musique : --

  
   
Cristina (Scarlett Johansson) et Vicky (Rebecca Hall), deux jeunes amies Américaines, viennent passer leurs vacances sous le soleil de Barcelone. Elles font rapidement la connaissance d'un jeune artiste peintre, Juan Antonio (Javier Bardem), qui vient de vivre une rupture très violente d'avec sa femme, Maria Elena (Penelope Cruz). Immédiatement, Juan est séduit par les jeunes filles et leur propose de l'accompagner pendant un week-end à Oviedo, pour visiter la ville et faire l'amour. Vicky, fiancée à Doug (Chris Messina) est choquée de cette invitation directe, mais Cristina n'y est pas insensible.. 
 
   Pour son nouveau film, Woody Allen nous emmène faire un petit tour dans la vivante cité de Barcelone. Délaissant cette fois-ci son humour et sa dérision, il se contente d'observer avec une légèreté grave, un détachement empreint de résignation et (peut-être) d'une certaine forme de sagesse, les errements sexuels, mentaux et psychiques de la personnalité humaine, le plus souvent incapable de connaître avec justesse ses besoins et ses désirs. Si Juan semble ferme dans son choix assumé du "carpe diem", Cristina (qui sait ce qu'elle ne veut pas) et Vicky (qui croit savoir ce qu'elle veut), explorent avec difficulté les chemins inconnus qui s'offrent à elles. 
  
   Le ton (assez) libre qu'adopte Woody Allen surprend agréablement, de même que le quatuor dont nous suivons quelques menus instants de vie prélevés sur un parcours qui conduit inéluctablement à la mort. Il n'en demeure pas moins que le scénario est d'une minceur notoire, que les dialogues sont d'une relative banalité, et que les situations ne brillent guère par leur originalité. On a parfois l'impression de se retrouver au sein d'un croquis d'Eric Rohmer, avec une masturbation intellectuelle qui serait, par bonheur, régulièrement interrompue grâce à l'éruptivité volcanique ibérique d'un Juan merveilleusement incarné par Javier Bardem. Merci au réalisateur et à son goût pour les séquences brèves ! 
 
   Heureusement que Penelope Cruz introduit dans la seconde moitié une dose de piment hystérique, car, sans elle, l'ensemble, même agrémenté des quelques décors magiques que recèle Barcelone, ne laisserait guère de marques dans le souvenir.

   
Bernard Sellier