Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Cliffhanger ",
               1993,  
 
de : Renny  Harlin, 
 
  avec : Sylvester Stallone, John Lithgow, Michael Rooker, Leon,
Caroline Goodall, Rex Linn, Janine Turner, Max Perlich,

 
Musique : Trevor Jones
















*******

 
  
         




















































 
 
   Gabe Walker (Sylvester Stallone) est un alpiniste chevronné. Mais, traumatisé à la suite de la mort accidentelle de Sarah (Michelle Joyner) qu'il n'a pas réussi à sauver, il quitte son amie Jessie Deighan (Janine Turner) pour aller vivre en solitaire quelques mois à Denver. Le jour où il revient auprès d'elle est mal choisi ! Un transport aérien de fonds de la Trésorerie du Colorado est piraté en vol par son convoyeur, Hal Tucker (Michael Rooker). Mais les choses se passent mal. Les trois valises bourrées de billets tombent dans la montagne, et l'avion dans lequel Tucker et son commanditaire Eric Qualen (John Lithgow) se trouvent, se crashe en plein massif. Les truands, se faisant passer pour un groupe de randonneurs en perdition, appellent les secours. L'aventure commence... 
 
   Le drame commence très fort avec un impressionnant sauvetage qui tourne mal. Ensuite, c'est du classique qui prend le relais. Côté noir, des méchants assez gratinés, avec à leur tête un John Lithgow (déjà apprécié, si l'on peut dire, dans "Ricochet"), toujours aussi sadique. Et, côté blanc immaculé, un Sylvester Stallone grimaçant et culpabilisé, qui trouve le courage de redevenir le surhomme qu'il n'a jamais cessé d'être au fond de son âme. On ne peut nier que l'ensemble soit assez bien ficelé et efficace. D'autant plus que le personnage principal se révèle être une nature aussi grandiose que dangereuse. Le déroulement des séquences est traditionnel, sans surprise, mais remplit honorablement le contrat de base. Tragédie à tous les étages et pointes ponctuelles d'humour sombre. Rien de transcendant mais du muscle ficelé de façon professionnelle. Et, comme de bien entendu, la "cavalerie" arrive après la bataille ! Rien n'a vraiment changé depuis les bons westerns d'antan...
  
 
Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.