Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Le couperet ",
               2005,  
 
de : Costa-Gavras, 
 
  avec : José Garcia, Karin Viard, Christa Theret, Ulrich Tukur,
Olivier Gourmet, Yvon Back,

 
Musique : Armand Amar
















*******

 
  
         




















































 
 
   Bruno Davert (José Garcia), marié à Marlène (Karin Viard) et père de deux enfants, Maxime (Geordy Monfils) et Betty (Christa Theret), possède une luxueuse villa et une confortable situation de cadre dans le domaine du papier. Malheureusement, du jour au lendemain, il est licencié pour cause de délocalisation et de compression de personnel. Il connaît la souffrance du chômage et des entretiens d'embauche aussi rapides qu'humiliants et inefficaces. Un jour, une inspiration le frappe. S'il ne trouve pas de travail, c'est parce que d'autres, aussi qualifiés que lui, sont sur le marché de l'emploi. Qu'à cela ne tienne ! Il suffit d'éliminer ces concurrents potentiels. Il commence sa mission dans le plus grand secret... 
 
   Le sujet de cette histoire macabre paraît fort éloigné de celui d'"Amen", le précédent film de Costa-Gavras. En réalité, si l'on analyse avec plus d'acuité les ressorts originaux, on s'aperçoit vite qu'il s'agit exactement du même processus psychologique. Du plan macrocosmique mondial de la seconde guerre mondiale et de l'idéologie nazie, il est simplement redescendu au niveau microcosmique de l'individu et du noyau familial. Le résumé est simple, éternel et universel : quelque chose va mal dans la vie (que ce soit celle d'une personne, d'un groupe, ou d'un peuple), la résolution passe par l'élimination de la cause supposée du problème. Or celle-ci ne peut être que d'origine unique : un opposant, un adversaire, un voisin sont les responsables évidents. Il ne reste plus qu'à choisir, suivant les époques, les circonstances, les moeurs, la victime à désintégrer. Ce sont les Juifs, les homosexuels, les Tziganes... pour Hitler ; ce sont les nègres pour Gary Simmons et ses acolytes dans "La main droite du Diable". Ici, il s'agit, logiquement, des concurrents directs qui se disputent les places au sein des entreprises.  
 
   Dans le drame bien connu de Jean-Claude Romand, c'est un montage aussi obscur que calme qui permet au chômeur d'exister brillamment aux yeux de sa famille et de ses proches (jusqu'à ce qu'interviennent les meurtres finaux, bien sûr !). Le cas de Bruno est radicalement différent. Incarné de manière à la fois glaçante, inquiétante et parfois pitoyable par José Garcia, ce chômeur-assassin provoque un malaise d'autant plus grand que ses actes, abordés avec un mélange savant d'infantilisme et de cruauté, trouvent leur origine dans une zone particulièrement obscure de l'inconscient. Au premier abord, il s'agit de conserver à sa femme et à ses enfants la dignité sociale à laquelle ils ont été habitués. Pourtant, derrière la condamnation de l'injustice qui transforme, du jour au lendemain, un cadre de qualité en un sous-homme, semblent se profiler des motivations beaucoup moins limpides. Et ce n'est pas l'image finale, particulièrement ambiguë, qui infirme cette impression. Costa-Gavras a de toute manière réussi, avec l'aide de José Garcia, qui se révèle un choix très judicieux, à transformer une histoire primaire en une descente aux enfers à la richesse constante.
 
    
  Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.