Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Gran Torino ",
               2008,  
 
de : Clint  Eastwood, 
 
  avec : Clint Eastwood, Christopher Carley, Bee Vang, Ahney Her, Brian Haley,
Brian Howe, Geraldine Hughes, Dreama Walker, John Carroll Lynch,

 
Musique : Kyle Eastwood, Michael Stevens
















*******

 
  
         




















































 
 
    
   Walt Kowalski (Clint Eastwood) vient de perdre sa femme, Dorothy. Il vit désormais seul, avec sa chienne Daisy, dans une grande maison de banlieue située dans le Midwest. Il ne se sent aucune affinité avec ses deux fils, Mitch (Brian Haley) et Steve (Brian Howe), pas plus d'ailleurs qu'avec ses voisins, des asiatiques, pour lesquels il ressent un profond mépris. Le père Janovich (Christopher Carley), missionné par la défunte pour encourager Walt à se confesser, se voit mis à la porte sans ménagements. Lorsque le jeune Thao Vang Lor (Bee Vang), poussé par son cousin coréen membre d'un gang, tente maladroitement de voler la superbe Ford Gran Torino, qui est la fierté de Walt, celui-ci sent la colère déborder... 
 
   Le film s'apparente manifestement, par le thème développé, à "Million dollar Baby", le réalisateur endossant le vêtement d'un vieil homme usé, bougon, qui voit sa solitude investie par un être jeune, dont il devient, malgré lui, le guide. Mais se greffe ici une réflexion plus universelle sur le racisme ordinaire, la dérive d'une jeunesse ivre de fainéantise et de violence, ainsi que la confrontation douloureuse des cultures. Clint Eastwood s'est manifestement régalé en composant ce personnage a priori antipathique, misanthrope, égoïste, agressif, raciste, borné, infirme de la communication ( il ne conçoit celle-ci que comme un échange programmé d'insultes ), qui, par la grâce (si l'on peut dire !) des événements, va découvrir une porte de sortie apte à le libérer des traumatismes générés par la guerre de Corée. Sans pour autant renier la carapace hérissée de piquants dont il s'est couvert au fil des ans, il devient donc un initiateur malgré lui pour un étranger, et le modèle qu'il n'a jamais su être pour ses propres fils. Le classicisme dont fait preuve le réalisateur sied parfaitement à cette sobre tragédie crépusculaire, pudique, sincère, authentique, caustique, d'un homme brisé intérieurement, qui cherche, en se gardant bien de le laisser deviner par autrui, un moyen digne de se libérer de la culpabilité qui le ronge. Et le spectateur ne peut qu'être profondément ému par ce dénouement bouleversant de simplicité, qui sonne un peu comme le requiem de l'expéditif "L'inspecteur Harry". 
 
   Une oeuvre magistrale et profondément humaine.
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.