Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Irréversible ",
             2002, 
 
de : Gaspard  Noe, 
 
  avec : Vincent Cassel, Monica Bellucci, Albert Dupontel,
Joe Prestia, Philippe Nahon,

 
Musique : Thomas Bangalter
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   Marcus (Vincent Cassel) et son compagnon Pierre (Albert Dupontel) cherchent comme des fous un homme, surnommé Le Tenia (Joe Prestia). Ils le découvrent dans une boîte d'homosexuels. On comprend peu à peu, alors que les événements antérieurs refont surface, que l'homme est responsable du viol sauvage d' Alex (Monica Bellucci), l'amie de Marcus. 
 
   Il est compréhensible que la violence aveugle qui inonde la plus grande partie du film ait attiré, au moment de sa sortie, les spectateurs avides du genre. Mais pour les autres, qui ne sont pas forcéments accrocs à la bestialité primaire, que reste-t-il à se mettre sous la dent ? Une construction à rebours, ainsi que l'avait brillamment fait "Memento" deux ans auparavant, qui permet de sortir de la vision un peu moins abruti que dans les premières séquences. Un vague rayon de soleil qui autorise, enfin, à reprendre une goulée d'air après un parcours pour le moins éprouvant. Le terme est d'ailleurs ridiculement faible, surtout pour qualifier la première partie, qui relève d'un niveau visuel, auditif, proprement cauchemardesque. Sons totalement obsédants, images virevoltant dans tous les sens, plongées, rotations vertigineuses d'une caméra saoule qui donne le tournis, plans où les personnages se retrouvent horizontaux, hurlements de bêtes sauvages... "La vie nouvelle" de Philippe Gandrieux paraît à côté d'un formalisme intensément classique ! Si l'enfer existait, il pourrait ressembler à quelque chose dans ce genre ! Le but évident du réalisateur, à savoir rendre concrètement la mise "sens dessus dessous" de Marcus, est réussie à 100% !  
 
   A mesure que le temps "remonte", une certaine accalmie s'installe. Mais, si l'on excepte une courte séquence dans le métro, où les relations entre Alex, Marcus et Pierre retrouvent, pendant quelques instants, une couleur humaine, peut-on vraiment s'intéresser à ces personnages déjantés, réduits à l'état de morceaux de viande sans âme, shootés à mort, qui débitent des bribes de dialogues le plus souvent inaudibles ?  
 
   Un cauchemar, aussi bien dans le fond que dans la forme.
 
  
Bernard Sellier  
 
 

 

 

 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.