Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     

Jennifer 8,
     (Jennifer eight),      1992, 
 
de : Bruce  Robinson, 
 
  avec : Andy Garcia, Uma Thurman, Lance Henriksen, Graham Beckel, Kathy Baker, Kevin Conway, John Malkovich,
 
Musique : Christopher Young

 ❤❤❤ 

   Le sergent John Berlin (Andy Garcia) a quitté Los Angeles pour revenir dans la petite ville où vit son beau-frère, Freddy Ross (Lance Henriksen). Dès son arrivée, il se trouve confronté à la découverte de morceaux de cadavre dans une décharge publique. Quelques indices lui font penser que l'assassin est sans doute celui qui a déjà tué par le passé plusieurs jeunes filles aveugles. Il se rend dans une institution proche et interroge une femme professeur, elle aussi non-voyante, Helena Robertson (Uma Thurman). Mais son chef Citrine (Kevin Conway) ainsi que ses collègues ne veulent pas entendre parler d'une réouverture du dossier... 
 
   Nous sommes ici assez loin de la tension que véhiculait, par exemple, "Le silence des agneaux", sorti l'année d'avant. Il y a bien évidemment un tueur en série, quelques séquences un tantinet inquiétantes, secondées par la cécité de l'héroïne, mais le scénario, écrit par le réalisateur, s'intéresse finalement assez superficiellement à la quête de l'assassin (pas trace ici de super flics experts ou de recherches biologiques approfondies), assez peu à sa découverte (le dénouement est un tantinet expédié). Que reste-t-il alors à se mettre sous l'oeil ? Un petit mélange de romance entre la belle menacée et le flic traumatisé par le départ de sa femme quelques années plus tôt, une approche intimiste et humaine des personnages, et un suspense à l'efficacité ponctuelle. Cela peut paraître restreint, et, de fait, le film ne laissera pas de traces marquantes dans le domaine des enquêtes criminelles. Pourtant il se laisse regarder sans déplaisir, d'autant plus que survient dans la seconde moitié un John Malkovich légèrement cabotin, qui apporte une note quelque peu insolite dans un ensemble qui manque tout de même de surprises et d'une réelle tension dramatique.

   
Bernard Sellier