Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     

Jupiter, Le destin de l'univers,
      (Jupiter ascending),        1999, 
 
de : Lana & Lilly  Wachowski, 
 
  avec : Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean, Eddie Redmayne, Douglas Booth, Christina Cole,
 
Musique : Michael Giacchino

 ❤❤❤ 
 
   
La jeune Jupiter (Mila Kunis), orpheline de père, naît au milieu de l'Atlantique alors que sa mère fuit la Russie pour s'établir à Chicago. Recueillies par des parents, les deux femmes survivent péniblement jusqu'au jour où Jupiter, sur le point de vendre ses ovocytes, se voit sauvée in extremis d'une exécution par un mercenaire, Caine Wise (Channing Tatum)...

    Lorsqu'on est ascendant Sagittaire et doté d'un Jupiter très puissant en «maître de nativité», il est impossible de ne pas se sentir attiré par le titre d'un tel film. Dans les faits, si l'on excepte le prénom atypique de l'héroïne et la grande tache rouge de la planète, il n'est pas beaucoup question de l'astre dans le cours de cette histoire abracadabrantesque. Il est indéniable que l'on retrouve les thèmes chers aux Wachowski, qui, avec «Matrix» nous avaient offert une oeuvre originale, insolite, intelligente et riche thématiquement. Mais les qualités de celle-ci sont passées aux oubliettes et on ne peut qu'être consternés par la primarité de ce qui nous est offert. Certes, les paysages et les diverses maquettes ne manquent souvent pas d'allure, mais le spectateur n'a guère le temps d'apprécier cette profusion de décors vertigineux, tant la précipitation est le maître mot du film. En fait, plus qu'un véritable film, nous avons ici une sorte de jeu vidéo basique et foutraque, dans lequel s'ébattent des marionnettes dont la consistance est celle de fantoches en pâte à modeler. Les courses poursuite sont tellement surdécoupées et ineptes que les mots invraisemblance, abrutissement  et ennui sont insuffisants pour qualifier le spectacle. Mila Kunis se débat comme elle peut dans ces trucages numériques, l'intrigue n'apporte aucune inventivité particulière, les dialogues sont au ras des pixels, le héros sauveteur, mâchoires constamment serrées, fait son boulot, et seul le méchant Balem (Eddie Redmayne) marque quelque peu le souvenir.

    Une débauche épuisante et assourdissante d'effets spéciaux pour un résultat qui est bien loin de provoquer un quelconque enthousiasme. Tout ça pour ça ! Pas étonnant que le film soit coté 5,3 sur IMDB...

   
Bernard Sellier