#Shame, Saison 1, série de Matthew Cormack, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

#Shame,
     (The hunting),    Série,      2021 
 
de :  Matthew  Cormack..., 
 
avec : Alex Cusack, Sam Reid, Yazeed Daher, Jessica De Gouw, Kavitha Anandasivam, Asher Keddie, Isabel Burmester,
 
Musique : Benjamin Speed


 
Ne pas lire avant d'avoir vu la série 
    
 Adelaïde. Le professeur principal d'un collège, Ray (Sam Reid) découvre un jour que des photos dénudées de certaines élèves sont publiées sur un site internet illégal. Deux jeunes filles sont en particulier visées : Zoe (Luca Asta Sardelis), qui vit avec ses deux 'mères', et une jeune d'origine indienne, Amandip (Kavitha Anandasivam), dont les parents sont très stricts...
 
 À l'heure du tout internet et dans un monde d'enseignement où les élèves passent leur temps à consulter leurs SMS tandis que le professeur tente de leur enseigner quelque chose, le harcèlement est devenu un drame universel. L'inconscience se mêle à l'orgueil, à la jalousie, au désir fou de paraître, et ces amalgames donnent naissance à des tragédies intimes. L'histoire touchante de Zoe et de Dip est relatée ici de manière très linéaire, presque scolaire. Nous sommes loin de la construction narrative élaborée qui abordait un sujet similaire dans «13 reasons why». Mais ce classicisme n'enlève rien à la portée pédagogique et à l'impact émotionnel de l'histoire. Celle-ci se concentre sur quatre familles d'origines différentes, d'éducations différentes, qui réagissent de manières très diverses aux souffrances vécues par leurs enfants. Les interprètes des adolescents se montre particulièrement justes et le scénario leur permet d'exprimer toute une palette d'émotions et de sentiments sans jamais forcer le trait. Le dernier quart de cette mini-série (quatre épisodes seulement), se révèle assez déroutant. Après une montée régulière en intensité dramatique, le dénouement laisse une impression mitigée, en opérant un délitement des liens qui pourtant réunissaient les protagonistes dans un même but (Ray et Eliza (Jessica De Gouw), et en aplanissant les rivalités et les rancœurs, même si certaines se matérialisent dans des registres inattendus et percutants (la scène dans la piscine d'Andy (Alex Cusack) au cours de laquelle Nassim (Yazeed Daher) manque de se noyer. On ne peut qu'encenser cette série pour son approche dépourvue de pathos et de spectaculaire, et pour l'absence totale de manichéisme dans l'approche des victimes et des harceleurs, mais regretter en même temps un certain écrêtage de la dramaturgie dans la seconde moitié.  
   
Bernard Sellier