Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...

" Shine ",                   1996, 
 
de : Scott  Hicks, 
 
  avec : Geoffrey Rush, Justin Braine, Sonia Todd, Chris Haywood,
Armin Mueller Stahl, Danielle Cox, John Gielgud,

 
Musique :  David Hirschfelder, Liszt, Schumann, Beethoven,
Chopin, Rachmaninov...
 

 
" Knock Knock ", 2015, 
 
de : Eli Roth, 
 
avec : Keanu Reeves, Lorenza Izzo, Ana de Armas, Aaron Burns, Ignacia Allamand, Colleen Camp, 
 
Musique : Manuel Riveiro 

















*******

 
  
         




















































 
 
 
   David Helfgott (Geoffrey Rush) est le fils d'un Juif Polonais, Peter (Armin Mueller Stahl), dont la famille a été décimée pendant la guerre. L'enfant montre dès son plus jeune âge de remarquables dons pour le piano. Ben Rosen (Nicholas Bell) souhaite lui donner des leçons. Le père n'accepte qu'à contrecoeur. Mais lorsque l'adolescent est invité à aller étudier aux Etats-Unis, il lui interdit carrément de quitter la famille. Ce n'est que bien des années plus tard que le jeune homme passe outre aux ordres paternels et se rend à Londres pour y étudier... 
 
   Bien loin d'être une biographie classique du pianiste David Helfgott, cette oeuvre profondément touchante est un patchwork de moments fugitifs volés aux souvenirs brouillés et cassés de son esprit malade. Ecrasé par un père violent qui ne supporte pas l'idée d'être supplanté auprès de son fils, moralement brisé par la culpabilisation dont il est l'innocente victime, le jeune garçon, d'une nature déjà fragile, perd peu à peu pied dans la réalité. Et le séjour londonien, même s'il lui apporte une brève consécration, arrive trop tard pour l'empêcher de sombrer dans une aliénation mentale qui impose son internement. Tandis que, sous la direction du professeur Cecil Parkes (John Gielgud), David construit son jeu pianistique, son esprit se délabre lentement et tombe en lambeaux. Commencé sous une pluie battante, ce parcours chaotique, toujours dramatique et cependant merveilleux, s'achève dans un cimetière, mais empreint d'une certaine paix, retrouvée grâce à la mort de son père et à son mariage avec l'astrologue Gillian (Lynn Redgrave).  
 
   Cette mosaïque de moments décousus, de musiques omniprésentes, de folie douce et anarchique répond avec justesse à la désintégration de cet être promis à une réussite glorieuse, et qui ne trouve finalement son salut, qu'en jouant dans un café. Geoffrey Rush, qui reçut l'Oscar du meilleur acteur en 1996, pour son interprétation, est époustouflant dans la peau de ce génie logorrhéique qui, malgré sa souffrance intérieure, conserve, grâce, si l'on peut dire, à sa maladie, un humour et une joie permanents. Et le doublage français rend, je pense, tout à fait honneur à cette incarnation. Mais il serait injuste d'oublier les deux interprètes de David, (Alex Rafalowicz, enfant) et (Noah Taylor, adolescent), eux aussi remarquables de justesse dans l'embarras de leur physique ingrat, et leur enfermement psychique. Quant à ce père, dont le soi-disant amour se résume à la fortification d'une cellule familiale étouffante, il trouve en Armin Mueller Stahl une expression complexe et paradoxale des plus justes. 
 
   Magnifique. 
 
   Ceux qui sont intéressés peuvent se rendre sur le site consacré à David Helfgott.
 
  
Bernard Sellier  
 
 

 

 

 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.