Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Thelma ",
                 2017, 
 
de : Joaquim  Trier, 
 
  avec : Eili Harboe, Kaya Wilkins, Henrik Rafaelsen,
Ellen Dorrit Petersen, Anders Mossling,
 
 
Musique : Ola Flottum














*******
 
  
         




















































 
 
                                               
   Thelma (Eili Harboe) est une jeune étudiante à l'Université d'Oslo. D'abord solitaire, elle finit par se lier d'amitié avec une camarade, Anja (Kaya Wilkins). Mais peu à peu l'amitié se transforme en une affection plus charnelle et profonde... 
 
   Le sujet évoque bien sûr le mythique ' Carrie ' de Brian de Palma. La jeune Thelma, traumatisée à la fois par des parents rigoristes et par des pouvoirs qu'elle ne contrôle pas, est une lointaine cousine de l'héroïne de 1976. Lointaine parce que, ni le contexte, ni l'approche cinématographique ne se ressemblent. Les parents de Thelma sont certes des catholiques purs et durs, qui fliquent leur fille, mais ils ne sont pas des fous furieux à l'image de la mère de Carrie. Ils éprouvent même un certain amour pour leur fille, même si le passé a été peuplé de drames très sombres. 
 
   Quant à l'approche narrative de l'histoire, elle se veut résolument rationnelle. Le surnaturel s'invite à plusieurs reprises, mais le plus souvent de façon rigoureuse, maîtrisée, sans les effets grand guignolesques qu'on serait en droit d'attendre. Le scénario est centré principalement sur la psychologie, assurément perturbée, mais toujours analysée de manière cohérente et sensible. L'ensemble demeure très classique dans sa mise en scène, mais parvient à susciter chez le spectateur une empathie réelle pour la jeune fille, ainsi qu'un trouble analogue à celui qui perturbe l'esprit de celle-ci. Mais tout cela demeure pourtant étonnamment sage et retenu. A force de vouloir se maintenir dans une sobriété maîtrisée, le réalisateur bride les élans passionnels et pathologiques du film, qui semblent comme anesthésiés. C'est un peu frustrant.

     

Bernard Sellier  



 




 

  
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.