Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Traquenard ",
       ( Party girl ),      1958, 
 
de : Nicholas  Ray, 
 
  avec : Robert Taylor, Cyd Charisse, Lee J. Cobb, John Ireland,
Kent Smith, Claire Kelly, Corey Allen,

 
Musique : Jeff Alexander, Andre Previn
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   Thomas 'Tommy' Farrell (Robert Taylor) est un avocat particulièrement brillant, qui ne manque pas de travail, et pour cause ! Son employeur est Rico Angelo (Lee J. Cobb), un truand de haut vol. Sa dernière plaidoirie permet à l'un des hommes du caïd, Louis Canetto (John Ireland), de recouvrer la liberté alors que tout le monde savait qu'il était coupable de meurtre. Mais la vie de Tommy commence à changer de direction, le jour où il fait la connaissance d'une danseuse de cabaret, Vicki Gaye (Cyd Charisse)... 
 
   Robert Taylor, l'inoubliable Capitaine Cronin de "La Valse dans l'Ombre", forme ici, avec la délicieuse Cyd Charisse, un couple étonnant mais attachant. Handicapé par une blessure reçue étant adolescent, il boite fortement, ne se déplace jamais sans sa canne, et cherche, à travers ses talents oratoires, un respect, une reconnaissance factices. Car ses admirateurs potentiels se recrutent uniquement dans les rangs de la pègre et de la mafia. La rencontre de Vicki va faire basculer sans peine cet enfoncement dans une voie sans issue. Le scénario est simple, fluide, trop limpide, pourrait-on penser, un certain manque de matière se faisant parfois sentir. Il est vrai qu'il est compensé, si l'on peut dire, par un hommage à l'exubérance artistique de Cyd Charisse, merveilleusement filmée. Quelques moments discrètement lyriques ou sensibles apportent un contrepoint original à la violence sous-jacente qui constitue l'ordinaire de ce monde de brutes. Cependant une petite déception tempère l'enthousiasme que m'avait procuré la vision de ce film il y a bien longtemps. L'oeuvre est solide, sobre, dramatiquement assez efficace, mais l'ensemble paraît aujourd'hui trop lisse, malgré la dignité de Robert Taylor et le charisme expansif de Lee J. Cobb, surexcité. 

   
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.