Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" True lies ",
                    1994, 
 
de : James  Cameron, 
 
  avec : Arnold Schwarzenegger, Jamie Lee Curtis, Tom Arnold,
Bill Paxton, Art Malik, Tia Carrere,
 
 
Musique : Brad Fiedel
















*******
 
  
         




















































 
 
 
   Harry Tasker (Arnold Schwarzenegger) est un inoffensif représentant en informatique. Du moins est-ce la version de sa vie qu'il donne depuis quinze ans à sa charmante épouse, Helen (Jamie Lee Curtis), qui s'ennuie quelque peu. En fait, Harry est un redoutable agent secret qui, en association avec son collègue Albert (Tom Arnold) participe à des missions hautement périlleuses. Revenu de l'Est, deux nouveaux challenges l'attendent : retrouver les têtes nucléaires que le terroriste Abu Aziz (Art Malik) a achetées aux Russes, et découvrir quel est l'homme mystérieux, Simon (Bill Paxton) que sa femme rencontre en secret...  
 
   Il est certain que, depuis septembre 2001, pour avoir vécu la réalité abominable en direct, il est impossible de regarder ce type de film de la manière distanciée et décontractée dont on l'aurait fait auparavant.  
 
   Ce film explosif s'ouvre et se clôt sur "Le beau Danube bleu" de Johann Strauss, suivi d'un tango érotiquement endiablé. Et ce n'est pas là la moindre des surprise et des inventions qui parsèment l'oeuvre. On y trouve pêle-mêle un Charlton Heston borgne amateur de gros mots, un faux espion, trouillard et incontinent (Bill Paxton), tout aussi réussi que celui incarné par Michel Boujenah, et un nombre incalculable de petites trouvailles visuelles qui réjouissent les zygomatiques. Cette réalisation est, on le sait, un remake de celle de Claude Zidi, "La totale", sorti trois ans plus tôt, dans laquelle s'ébattaient joyeusement Thierry Lhermitte, Eddy Mitchell et la délicieuse Miou-Miou. Il faut reconnaître que, lorsque les Américains délaient à leur sauce un film français, les résultats ne sont pas toujours mirobolants. En tout cas, souvent inférieurs aux originaux. C'était le cas, par exemple de "Nom de code Nina", ou de la resucée de "Trois hommes et un couffin". Ici, c'est tout à fait le contraire. Non que le film de Claude Zidi ait été mauvais, loin de là ! Mais James Cameron, déchaîné, nous apporte sur un plateau une oeuvre qui, à quelques pétouilles près, n'est pas loin de la perfection. 
 
   Ce cocktail d'action et d'humour, incrusté de thérapie conjugale et de moments de poésie (Schwarzie désireux de reconquérir sa dulcinée, et déposant sur elle une rose) est tout simplement un délire jouissif de la première à la dernière image. Le scénario est efficace. Les cascades, pour abracadabrantes qu'elles soient, ne virent cependant jamais au n'importe quoi délirant qui transforme les films d'action récents (dont le dernier James Bond) en jeux vidéo artificiels. Et voir la métamorphose de Jamie Lee Curtis (décidément exquise dans l'humour à la mode de "Un poisson nommé Wanda") passant de la bourgeoise coincée, engoncée dans son imperméable, à la Mata-Hari de la fin, est tout simplement un délice. Le méchant est vraiment très méchant, et Schwarzie promène son sourire Gibbs et son humour décapant sur toute cette histoire avec un flegme ironique que l'on n'associe pas toujours à ses prestations. 
 
   Dans le genre, c'est tout à fait génial !
 
     
Bernard Sellier  



 




 

  
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.