Le vétéran, film de Robert Lorenz, commentaire

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Le vétéran,
       (The marksman),       2021, 
 
de : Robert  Lorenz, 
 
  avec : Liam Neeson, Jacob Perez, Harry Maldonado, Teresa Ruiz, Alfredo Quiroz, Sean A. Rosales, Jose Vasquez, 
 
Musique : Sean Callery

  
 
Rosa (Teresa Ruiz) est contrainte de fuir avec son jeune fils Miguel (Jacob Perez) car un cartel mexicain est à leur poursuite. Ils sont juste parvenus à traverser la frontière, lorsque ils sont rejoints par les truands. Le propriétaire d'un ranch, Jim  Hanson (Liam Neeson), leur vient en aide, en abattant un des hommes du cartel, mais Rosa est tuée. Jim décide de fuir avec Miguel...
 
 Cette fois-ci, Liam n'est plus le justicier invincible que l'on connaît, mais un homme vieilli, veuf depuis peu, incapable de rembourser ses dettes à la banque et ne trouvant plus de sens à son existence. À partir de là, on découvre dans cette histoire de road movie à peu près tous les poncifs habituels au genre : le vieux guerrier bougon, qui n'éprouve qu'un désir, celui qu'on lui foute la paix ; le destin qui le place devant un dilemme crucial ; l'impulsion de prendre la défense de l'opprimé ; les épreuves (la mort de son chien), qui le poussent à tout abandonner ; enfin, comme on s'y attend, le règlement de compte final et un happy end pour le brave adolescent sauvé des griffes des méchants et qui reçoit en prime de son sauveur sa médaille de héros de guerre. Il n'y a rien de vraiment honteux dans ce film, mais tout cela a été vu et revu tellement de fois que le spectateur ne peut qu'être totalement indifférent à cette intrigue qu'il connaît par cœur et dont il devine chaque scène suivante. Étant donné que les scénaristes se sont mis à trois pour écrire l'histoire, on aurait pu espérer un minimum d'innovation ou d'originalité. Il n'en est rien, ni dans le déroulement des péripéties, ni dans les personnages secondaires, tout à fait quelconques. Pour qui est fan du grand Liam Neeson, mieux vaut se rabattre sur le récent «Ice road» qui présente au moins l'intérêt d'aborder un sujet insolite et d'offrir une atmosphère profondément singulière. 

   
Bernard Sellier