Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Volte-face ",
        ( Face/Off ),        1997, 
 
de : John  Woo, 
 
  avec : Nicolas Cage, John Travolta, Joan Allen, Gina Gershon,
Colm Feore, Nick Cassavetes, CCH Pounder, Alessandro Nivola,

 
Musique : John Powell
















*******

 
  
         




















































 
 
   Sean Archer (John Travolta), agent fédéral obsédé par la capture du terroriste Castor Troy (Nicolas Cage), responsable de la mort de son fils Michael, six ans plus tôt, voit enfin son souhait réalisé. L'ennemi est localisé et, après une poursuite mouvementée, Castor et son frère Pollux (Alessandro Nivola) sont mis hors d'état de nuire. Le premier est dans un coma profond, le second incarcéré dans une prison flottante. Mais Sean apprend que son ennemi a placé une bombe dans Los Angeles et que l'explosion aura lieu dans quelques jours. Un seul moyen pour la découvrir : se faire passer pour Castor et obtenir de Pollux la révélation du lieu. Un chirurgien, Malcolm Walsh (Colm Feore) opère Sean dans le plus grand secret en lui greffant le visage de Castor. Mais celui-ci sort du coma et se fait implanter le facies de Sean... 
 
   Plus invraisemblable et tordu, tu meurs ! Après une mise en bouche goûteuse à la John Woo : course entre voitures et avion, pétarades en tous sens, ralentis esthétisants, le scénario emprunte les chemins tortueux d'une interversion de personnalités physiques. Inutile de chercher une quelconque crédibilité dans l'explication. Les opérés ressortent neufs, sans la moindre cicatrice en quelques heures et même leurs dents sont devenues celles de l'autre (on se demande bien comment !)... Encore plus fort que "Star Trek" ! ! Il est donc indispensable de passer sur l'aspect farfelu de l'hypothèse, ainsi que sur l'irréalité totale des trois grandes batailles de l'histoire, qui se rapprochent beaucoup plus du jeu vidéo abstrait que de la réalité terrestre. Des milliers de balles fusent dans tous les sens au milieu de gerbes d'étincelles dignes d'un feu d'artifice. Il faut reconnaître qu'elles ne manquent pas de gueule ! La prise d'assaut de la demeure de Dietrich Hassler (Nick Cassavetes) sur la chanson "Over the rainbow" de Judy Garland ( "le Magicien d'Oz"), est proprement éblouissante.  
 
   Si l'on parvient à faire abstraction de la plausibilité, et, bien sûr, du fait que la vie humaine est ici à peu près aussi importante qu'une crotte de chien, l'œuvre offre de belles qualités. Outre la subtilité scénaristique qui permet aux deux ennemis de briller dans le registre de l'autre, on assiste à un étrange ballet intérieur dans lequel le personnage intérieur (surtout dans le cas de Sean Archer), se voit gangrené par l'apparence temporairement revêtue. On pourrait même, en forçant quelque peu la bonne volonté, voir dans cet imbroglio psychologique un début de réflexion sur la primauté de la forme sur le fond. Mais ce serait sans doute aller un peu loin. Après une suite de scènes dans lesquelles l'artificiel et le clinquant remontent à la surface et prennent le pas sur la finesse du scénario, le réalisateur nous offre un bouquet final double particulièrement réussi, à la fois explosif sur le plan matériel (la poursuite sur l'eau), esthétiquement magnifique dans l'horreur (la fusillade dans l'église sur fond de vol de colombes), et sobrement émouvant sur le plan humain.  
 
   Une belle réussite dont nombre de scènes demeurent gravées dans la mémoire visuelle... Grande composition de Nicolas Cage. 
  
 
Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.