Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Collision ",
       ( Crash ),       2004, 
 
de : Paul  Haggis, 
 
  avec : Don Cheadle, Sandra Bullock, Tony Danza, Keith David,
Matt Dillon, Loretta Devine, Ryan Phillippe,

 
Musique : Mark Isham
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   24 Heures dans la vie de quelques habitants de Los Angeles. Rick Cabot (Brendan Fraser), Procureur, et sa femme Jean (Sandra Bullock), se font voler leur véhicule par deux jeunes Noirs armés. Un officier de police, William Lewis est abattu, apparemment en état de légitime défense, par un collègue, Conklin (Martin Norseman). John Ryan (Matt Dillon), un flic raciste, se plaît à humilier un couple noir, Cameron (Terrence Howard) et Christine Thayer (Thandie Newton), qu'il arrête sans raison. Son coéquipier, Tom Hansen (Ryan Phillippe), écoeuré, demande à son supérieur un changement d'affectation... 
 
   La construction scénaristique sous forme de pièces de puzzle, livrées partielles et brutes, en ordre dispersé, puis progressivement repositionnées à leur place, semble faire de plus en plus d'adeptes. Pour sa première grande oeuvre cinématographique en tant que réalisateur, Paul Haggis n'a pas choisi la facilité. Tout au moins sur le plan du découpage narratif. Il faut dire que ses qualités en tant que scénariste (surtout pour la télévision) lui permettaient de labourer en terrain bien connu. 
 
   Encensé par nombre de critiques et récompensé à maintes reprises, le film laisse pourtant perplexe. Construit à la manière des récits éclatés façon "11h14", dont Alejandro González Iñárritu s'est fait le chantre ("Amours chiennes", "Babel", & "21 Grammes"), le scénario présent se démarque assez nettement de ses prédécesseurs. Alors que le Mexicain bâtit son histoire un peu à la manière d'une pyramide, en commençant par des blocs épars pris sur la base, pour concentrer petit à petit la dramaturgie sur le point focal du sommet-dénouement, Paul Haggis donne à sa narration une forme beaucoup plus lâche, laissant en suspens certains fragments. Certes, les personnages ont des points de contact : parfois frôlements, parfois heurts violents. Mais le tissu qui semble, par moments, se tricoter de manière serrée, laisse apparaître un jour dans les minutes qui suivent. C'est sans conteste une qualité : il n'y a pas réellement une focalisation de tous les événements sur un regroupement final, comme l'opère par exemple "11h14", de manière malicieuse, mais assez primaire et artificielle. C'est aussi un inconvénient : en voyant les interconnections se distendre régulièrement, d'une part le spectateur perd ponctuellement le fil conducteur, ce qui minimise l'impact dramatique, et, d'autre part, en multipliant le nombre de protagonistes, une dilution psychologique s'opère. C'est ainsi que certaines individualités prennent davantage l'aspect d'archétypes simplistes (le flic raciste, les jeunes Blacks rebelles) plutôt que celui d'êtres humains charnels et souffrants. Heureusement, cette impression est démentie par plusieurs exemples. Sans pathos, sans tomber dans de spectaculaires effets tragiques, l'histoire recèle des moments magiques, au premier rang desquels se situe l'agression du serrurier par son client Irakien. 
 
   Sans mésestimer la remarquable construction de l'oeuvre, il est également possible de se poser la question de son but. Celui-ci ne semble pas évident. Vers quel objectif Paul Haggis a-t-il voulu diriger sa création ? Est-ce une dissection du tissu karmique, avec ses actions et réactions ? Est-ce un pamphlet social ? Sont abordés, en effet, mais la plupart du temps très anecdotiquement, les problèmes du racisme, des défauts de la couverture sociale, des assurances, de l'insécurité, de la corruption... Est-ce une approche de l'initiation individuelle, de la prise de conscience générée par les souffrances vécues ? C'est à la fois un peu de tout cela. En l'occurrence, il est permis de regretter le "un peu", car la dispersion des approches et des thématiques nuit en partie à l'humanité spontanée qui clôt ce tableau, à la fois terrifiant et porteur d'espoir.
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.