Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...

" Enquêtes du département V : profanation ",
    
( Fasandraeberne ),         2014, 
 
de : Mikkel  Norgaard, 
 
  avec : Nikolaj Lie Kaas, Soren Pilmark, Fares Fares,
Pilou Asbaek, Danica Curcic, David Dencik, Johanne Louise Schmidt,

 
Musique :  Patrik Andrén, Uno Helmersson, Johan Söderqvist
 

 
( The War of the Rose ), 1989,  
 
de : Danny de Vito,  
 
avec : Michael Douglas, Kathleen Turner, Danny de Vito, Sean Astin, Marianne Sägebrecht, Peter Donat,  
 
Musique : David Newman 
 

















*******

 
  
         




















































 
 
 
   Carl Morck (Nikolaj Lie Kaas), enquêteur à la criminelle, est abordé un soir par un ancien policier à la retraite, qui le supplie de rouvrir l'enquête sur la mort de ses deux enfants, Thomas et Marie, bien des années plus tôt. Carl refuse. Mais le lendemain, lorsque la police découvre le corps du vieillard qui s'est suicidé, Carl décide de se plonger dans l'affaire qui mettait en cause diverses personnalités, toutes issues du prestigieux collège Griffenholm... 
 
   Décidément, tout ne va pas pour le mieux dans la vie de Carl. Plus sombre et dépressif que jamais, il se voit affublé par ses collègues du surnom de l'alcoolo, et doit accepter dans son service la présence de Rose (Johanne Louise Schmidt), en tant que secrétaire. Plus pitoyable en communication que jamais, il va se trouver confronté à l'élite du pays, ce qui implique forcément dangers permanents et pressions de toutes sortes. On retrouve ici toutes les qualités qui faisaient la valeur de "Miséricorde", avec, s'il est possible, une forte dose de noirceur supplémentaire. Pourtant la dramaturgie intense ne donne jamais l'impression d'une complaisance malsaine. Quant à la jeune Danica Curcic, interprète de Kimmie, elle évoque la mémorable Noomi Rapace de la série "Millenium", (le scénariste est d'ailleurs le même...), et impressionne durablement par sa désespérance intériorisée. Rien de génial, mais une seconde mouture qui, comme la première, repose essentiellement sur un tragique sombre remarquablement évoqué, ainsi que sur des interprètes aussi sobres que convaincants.
 

 
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.