Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Hard sun,  
saison 1 ",             2018, 
 
de : Brian  Kirk..., 
 
  avec : Jim Sturgess, Agyness Deyn, Derek Riddell, Jojo Macari,
Varada Sthu, Owain Arthur,

 
Musique : Neil Davidge
















*******

 
  
         




















































 
 
                                                              Ne pas lire avant d'avoir vu la série


   Charlie Hicks (Jim Sturgess) et sa coéquipière Elaine Renko (Agyness Deyn) sont un jour appelés pour ce qui semble être un suicide. Ils retrouvent rapidement l'ami du mort et entrent en possession d'une clé USB. Ils y découvrent un document ultra secret qui prévoit la fin du monde dans cinq ans. Les deux flics sont imédiatement poursuivis par les services secrets, prêts à tout pour récupérer le document... 
 
   Le pitch de départ est pour le moins excitant. Pourtant, dès le début du second épisode, le problème crucial est quelque peu évacué, tout au moins comme thème principal. Il faut reconnaître que, étant donné le sujet, il est un peu difficile de le développer dans son essence, puisqu'il échappe totalement à la puissance humaine. Donc les intrigues suivantes se tournent vers les conséquences de cette révélation sur les esprits faibles. 
 
   Les deux flics vont être confrontés à différents allumés qui vont utiliser cette prévision apocalyptique pour mettre au jours leurs pulsions meutrières et les justifier. Il aurait été envisageable de générer une suite ininterrompue de fêlés en tous genres, et de multiplier les épisodes ad eternam, à la manière de " Blindspot " ou de " Person of interest ", par exemple. Les scénaristes ont eu l'intelligence de ne pas succomber à cette tentation. Bien plus, ils agrémentent cette chasse aux assassins avec les dérives pathologiques internes des deux héros, multipliant les manipulations sur plusieurs niveaux. Ni Elaine, ni surtout Charlie ne sont blancs. Chacun cache du mieux possible ses secrets en empilant de multiples couches de mensonges et de faux-semblants. Si l'on ajoute que Jim Sturgess et surtout Agyness Deyn, héroïne au physique androgyne atypique, impressionnante de rage rentrée, se montrent tous deux aussi intenses que charismatiques, on ne peut que saluer la réussite de cette première saison qui, malgré une thématique fantastique et spectaculaire, réussit à faire la part belle à l'analyse psychologique de ses personnages. Si l'épisode final avait été un peu moins précipité, les six étoiles auraient été largement méritées. 

 
 
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.