Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Masquerade ",
          1988,  
 
de : Bob  Swaim, 
 
  avec : Meg Tilly, Rob Lowe, Kim Cattrall, Doug Savant,
John Glover, Dana Delany, Brian Davies,

Musique : John Barry
















*******

 
  
         




















































 
 
   Tim Whalen (Rob Lowe) est capitaine sur un voilier de compétition qui appartient au richissime Granger Morrison (Brian Davies). Accessoirement, il est aussi l'amant de sa femme, la séduisante Brooke (Kim Cattrall). Au cours d'une soirée, il fait la connaissance d'une jeune fille, Olivia Lawrence (Meg Tilly), orpheline de père, et dont la mère vient de mourir quelques mois plus tôt, lui laissant une immense fortune. Malheureusement, son dernier beau-père, Tony Gateworth (John Glover), coureur et ivrogne, lui mène une vie infernale. Olivia tombe amoureuse du beau marin et refuse les avances de Mike McGill (Doug Savant), un ami d'enfance devenu policier... 
 
   Tout film de ce genre repose en général à 90% sur son scénario. Surtout connu pour avoir tourné "La Balance" avec Nathalie Baye, six ans plus tôt, Bob Swaim n'a pas, depuis, donné des oeuvres particulièrement marquantes. Si l'originalité de la mise en scène se fait totalement absente, l'histoire, certes classique, est en revanche bien construite, réservant son lot de surprises et d'émotions. Mais, surtout, le charme de l'ensemble repose sur la personnalité d'Olivia, délicieuse de naïveté passionnée, et sur celle de Tim, un rien falot, ce qui est conforme à son personnage de bellâtre, dont l'évolution psychologique permet à l'intrigue de s'élever au-dessus d'un agencement habile et primaire de rebondissements simplistes. La réplique finale laisse planer une ombre de mélancolie qui résonne longtemps dans la mémoire. Les personnages secondaires, suffisamment dessinés, sont intégrés avec efficacité dans le drame, qui, une fois n'est pas coutume, sait allier légèreté et intensité. Le film n'atteint pas la densité émotionnelle de "Faute de preuves" ou "Sens unique", mais il se révèle divertissant et séducteur.
 
    
  Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.