OSS 117, Alerte rouge en Afrique noire, film de Nicolas Bedos

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

OSS 117, alerte rouge en Afrique noire,
    2021, 
 
de : Nicolas  Bedos, 
 
  avec : Jean Dujardin, Pierre Niney, Natacha Lindinger, Fatou N'Diaye, Wladimir Yordanoff, Gilles Cohen,
 
Musique : Anne-Sophie Versnaeyen, Nicolas Bedos

  
 
1er janvier 1981. Hubert Bonisseur de la Bath (Jean Dujardin) parvient à échapper aux Russes qui le retenaient prisonnier en Afghanistan. À peine rentré à Paris, il apprend que Serge, alias OSS 1001 (Pierre Niney) part pour empêcher une rébellion qui souhaite renverser le Président Koudjo Sangawe Bamba (Habib Dembélé). Quelques jours plus tard, OSS 117 se voit confier la mission de retrouver Serge qui ne donne plus de nouvelles...
 
  Comme il est facile de s'en douter, l'aventure en elle-même ne présente ni importance ni intérêt. Elle est uniquement un écrin destiné à enfourner toutes les stupidités d'un Jean Dujardin toujours aussi à l'aise dans le machisme primaire, la bêtise crasse (il s'informe sur la géopolitique africaine en lisant 'Tintin au Congo'), les bévues hénaurmes et l'autosatisfaction béate. Mais toutes ces facéties relèvent du déjà vu, et les scénaristes auraient tout de même pu se creuser un peu plus les méninges pour offrir au spectateur une histoire moins primaire. Elle ne parvient même pas à profiter du méchant Kasimir (Ivan Franek) et de sa main 'pince à sucre', qui rappelle le terrifiant 'Requin' de «Moonraker» ou de «L'espion qui m'aimait». Les péripéties s'oublient dans la minute qui suit leur apparition. En fait, le seul intérêt, indéniable celui-là, de cette troisième mouture des espiègleries du héros de Jean Bruce, réside dans la prestation jubilatoire de Pierre Niney, inénarrable en agent efféminé mais particulièrement efficace. Dommage qu'il disparaisse de manière aussi rapide. Mais globalement, tout cela reste bien anecdotique. Si OSS 117 se présente à nouveau, il lui faudra renouveler passablement ses vannes et ses aventures pour ne pas sombrer dans le coutumier ringard. 

   
Bernard Sellier