Real steel, film de Shawn Levy, commentaire, site Images et mots

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Real steel,
      2011, 
 
de : Shawn  Levy, 
 
  avec : Hugh Jackman, Evangeline Lilly, Dakota Goyo, Anthony Mackie, Hope Davis, James Rebhorn,
 
Musique : Danny Elfman

   
 
Dans un avenir très très proche, les combats sur le ring ont évolué. Ce sont désormais des robots ultra perfectionnés, commandés à distance, qui font le show. Charlie Kenton (Hugh Jackman), ancien boxeur 'classique' s'est reconverti dans la fabrication de ces machines d'acier. Mais il n'a plus un sou et doit de l'argent à nombre de personnes, dont le méchant Ricky (Kevin Durand). Son ex-femme étant décédée, Charlie se voit durant deux mois en charge de son fils, Max (Dakota Goyo)...  
 
 Une nouvelle aventure à base de monstres métalliques, façon «Robocop», qui s'affrontent sur le ring... On ne donnait pas très cher d'une telle histoire. La surprise est finalement assez bonne. À partir du moment où le spectateur ne cherche aucune vraisemblance dans ce conte cousu de gros câbles, il finit par s'attacher à ce gamin déluré, jusqu'au boutiste, cabotin au possible, qui dame le pion à son père, un Hugh Jackman tombé au fond du trou, avec une maestria énergisante. Certes, tous les rebondissements sont soigneusement calculés pour mettre en exergue la pérennité des liens père-fils, avec ce qu'il faut de sensibilité facile, mais le mixage de cette romance avec une reconstitution de combats assez spectaculaire suffit à générer un enthousiasme communicatif. On peut regretter que la charmante Evangeline Lilly, tout juste rescapée de «Lost», ne soit là que pour de la figuration, et que la tante Debra, incarnée par Hope Davis, se montre aussi peu expressive, mais le duo père-fils se montre largement suffisant pour assurer le spectacle. Il est également intéressant de constater que, contrairement à la vision futuriste d'informatique et de machines en tous points supérieures à l'être humain, c'est finalement grâce aux qualités physiques de ce dernier que le robot 'Atom' remporte ses victoires. Insolite...

   
Bernard Sellier