Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Robocop ",
             1987, 
 
de : Paul  Verhoeven, 
 
  avec : Peter Weller, Nancy Allen, Ronny Cox, Kurtwood Smith,
Miguel Ferrer, Paul McCraneCalvin Jung,

 
Musique : Basil Poledouris
















*******

 
  
         




















































 
 
 
  La police de Détroit traverse une crise majeure. Sa direction vient d'être confiée à une puissante entreprise, l'OCP, qui doit également commencer, quelques mois plus tard, la construction de Delta City, une ville nouvelle, à l'emplacement d'une zone désaffectée. Pour enrayer la vague de criminalité, le second de l'OCP, Richard "Dick" Jones (Ronny Cox) a fait mettre au point un robot perfectionné, ED 209. Mais la première expérimentation de l'engin tourne à la catastrophe. Un subalterne, Robert Morton (Miguel Ferrer) en profite alors pour ramener au premier plan un projet mis de côté, "Robocop". un flic 50% homme, 50% machine, dont la puissance phénoménale serait opérationnelle 24h sur 24. Il suffit de trouver un volontaire... Le destin vient en aide à Morton, puisqu'un policier nouvellement affecté, Alex J. Murphy (Peter Weller) vient d'être grièvement blessé alors qu'il traquait le gang dirigé par Clarence Boddicker (Kurtwood Smith)... 
 
   Devenu un grand classique, le film n'a assurément pas la richesse et l'originalité scénaristiques de "Total Recall". Fidèle à son goût prononcé pour la violence graphique (certaines scènes évoquent le futur Quentin Tarentino de "Pulp Fiction", "Reservoir dogs" ou encore "Boulevard de la mort"), le réalisateur ne lésine pas sur les visions horrifiques de membres déchiquetés, voire les explosions en tous genres "pour le plaisir". C'est à peine si Paul Verhoeven s'accorde quelques instants de délire humoristico-sauvages avec les déboires techniques du robot ED 209. Pourtant, malgré l'aspect ultra primaire du scénario, malgré la focalisation sur l'aspect puissance brute de la machine, il est incontestable que se dégage du film une étincelle d'humanité e une mélancolie larvée mais puissante. Ce qui ne sera pas le cas des suites concoctées pour surfer sur la vague de succès rencontrée par l'oeuvre. Tous les thèmes (manipulation des masses, reprogrammation de la mémoire, relations conflictuelles hommes-machines...) ont beau être nettement moins développées que dans "Total Recall", il n'en demeure pas moins que, malgré ses vingt deux ans d'âge, le film de Verhoeven garde un impact majeur et ne souffre pas d'un vieillissement précoce.
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.