Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...

" Charlie's angels  2 ",   Les anges se déchaînent     
 ( Charlie's Angels : full throttle ),
       2003, 
 
de : McG, 
 
  avec : Cameron Diaz, Lucy Liu, Drew Barrymore, Demi Moore,
Bernie Mac, Crispin Glover,
 
 
Musique : Edward Shearmur
















*******
 
  
         




















































 
 
   NathalieCook (Cameron Diaz), Dylan Sanders (Drew Barrymore) et Alex Munday (Lucy Liu), sont chargées par leur commanditaire éternellement invisible, Charlie, d’une mission très particulière : retrouver les deux anneaux de titane sur lesquels sont codés les coordonnées de tous les témoins ayant bénéficié d’une identité nouvelle pour les protéger des représailles. L’enquête les conduit dans un premier temps dans le monde des surfeurs et des courses de moto cross très spéciales. Puis c’est la réapparition de l’ancien amant de Dylan, Seamus O’Grady (Justin Theroux) qui vient raviver des souvenirs oubliés. Incarcéré pour meurtre, grâce à la dénonciation de la jeune fille, il est bien décidé, après avoir été mystérieusement libéré, à se venger… 

   A quoi bon résumer une histoire qui n’a rigoureusement aucun intérêt ? L’habitude, sans doute… Pourtant, le réalisateur ( de son véritable nom : Joseph McGinty Nichol ! ), n’a pas lésiné sur les moyens et le spectacle. Il a puisé à tous les râteliers branchés existants : humour (lourdingue ou stupide), séquences à la "Indiana Jones", déguisements les plus improbables (bonnes sœurs, soudeuses…), quiproquos, parodies de « Matrix » ou de « Mission Impossible », combats délirants avec suspension dans les airs à la mode extrême-orientale… Tout ça pour un résultat affligeant de niaiserie, et, qui plus est, d’un ennui prodigieux. Etant donné que le film est déconseillé aux moins de dix ans, et que son niveau semble le réserver aux moins de dix-sept ans, la marge est plus que restreinte. Il est vrai que les adeptes (nombreux) des jeux vidéo y trouveront peut-être un plaisir qui m’échappe. Mais lorsque l’artificiel et le préfabriqué atteignent un tel niveau de débilité, on a envie de jeter l’éponge ! Seul demeure le plaisir de contempler un quatuor de beautés aussi excitantes que bigarrées. En définitive, un seul pouvoir serait capable de les tuer : le ridicule…
  
 
Bernard Sellier
 
Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.