Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Le fugitif ",
           ( The Fugitive ),          1993, 
 
de : Andrew  Davis, 
 
  avec : Harrison Ford, Tommy Lee Jones, Julianne Moore,
Joe Pantoliano, Andreas Katsulas, Jeroen Krabbe,
 
 
Musique : James Newton Howard
















*******

 
  
         




















































 
 
   Le Docteur Richard Kimble (Harrison Ford), brillant chirurgien de Chicago, est accusé du meurtre sauvage de sa femme Helen (Sela Ward). Bien qu'il nie farouchement les faits, et accuse un homme manchot, avec lequel il se serait battu, le jury le condamne à la peine capitale. Lors de son transfert en car, avec quelques autres prisonniers, l'un de ceux-ci tente de s'échapper et provoque un accident. Richard parvient à fuir. Mais le Marshal Samuel Gerard (Tommy Lee Jones) est bien décidé à le capturer coûte que coûte... 
 
    Une des premières adaptations marquantes, en film de cinéma, d'une série télévisée à succès. Une kyrielle d'autres suivront, parfois captivantes, parfois catastrophiques ("Chapeau melon et bottes de cuir"). Un an après le très divertissant "Piège en haute mer", Andrew Davis renoue avec le thriller dans lequel il se sent manifestement à l'aise. Mais, dans le cas présent, trois atouts supplémentaires viennent renforcer notablement l'impact de l'histoire : le thème du condamné qui tente désespérément de prouver son innocence, ce qui donne l'opportunité de sortir de la grosse machinerie basique explorée précédemment ; ensuite le thème toujours alléchant et provocateur des machinations médicales ; enfin la présence d'Harrison Ford, infiniment plus enrichissante, pour l'expressivité et la psychologie, que celle du monolithique Steven Seagal. Avec lucidité, le réalisateur conserve le charismatique Tommy Lee Jones. Abandonnant la folie déjantée qu'il affichait avec gourmandise dans l'aventure maritime, il n'en conserve pas moins, dans son rôle de marshal bouledogue incapable de lâcher l'os qu'il a découvert, une puissance de tempérament qui allie avec bonheur agressivité, ténacité et humour noir. La construction dramatique est d'excellente tenue, ne privilégiant jamais le spectaculaire au détriment de l'humain. Et, pour une fois, contrairement à ce qui se passe dans des créations comme "24 heures" ou "Lost", la concision d'un film convient mieux à cette intrigue que le délayage d'une suite sous forme d'épisodes.  
 
    Cette resucée survitaminée de "Présumé innocent" est une excitante réussite. Pourquoi, en revanche avoir étiré le générique de début sur 14 minutes (!), handicapant une entrée dans le drame qui s'installe dès les premières images ?
  
 
Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.