HPI : haut potentiel intellectuel, saison 2, de Stéphane Carrié

  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

HPI : Haut Potentiel Intellectuel,
     saison 2,     2022, 
 
de : Stéphane  Carrié, 
 
  avec : Audrey Fleurot, Mehdi Nebbou, Bruno Sanches, Marie Denarnaud, Rufus, Cypriane Gardin,
 
Musique : Yannis Dumoutiers


 
Saison 1

 
Ne pas lire avant d'avoir vu la série

 
Morgane Alvaro (Audrey Fleurot) découvre le cadavre de la jeune femme qui lui a vendu une paire de chaussures quelques heures plus tôt. Tandis que le commandant Karadec (Mehdi Nebbou) mène les investigations, les services de l'IGPN envoient Roxane Ascher (Clotilde Hesme) enquêter sur une bavure présumée commise par Karadec et Morgane...

 S'il y a des spectateurs qui pouvaient être inquiets
 quant à une baisse d'énergie dans cette seconde saison, ils sont rassurés dès les premières minutes. Non seulement Morgane ne manifeste aucune fatigue, mais elle semble avoir fait le plein de vitamines durant cette année de pause et entre dans la danse avec une maestria qui en fait beaucoup (trop ?) dans le déjanté et l'hurluberlu. Une fois les cadavres découverts, le train train soigneusement huilé des épisodes précédents avec, histoire de charger un peu plus le baudet, une suspension par l'IGPN et un gros problème d'hébergement, se déroule tranquillement. Les sujets sont divers, abordant parfois les thèmes à la mode, comme par exemple le changement de sexe. À l'image de la première saison, les histoires sont de qualité correcte sans être ni très originales ni très passionnantes, et utilisent toujours le même processus narratif : un ou des suspects sont découverts progressivement, mais le ou la véritable coupable ne sortent du chapeau qu'à l'extrême fin. L'évolution des personnalités est aux abonnés absents, même si Karadec se découvre une once de sexualité que l'on n'attendait plus. Gilles (Bruno Sanches), le flic adjoint un peu benet, voit son rôle s'étoffer légèrement, ce qui n'est pas le cas de la cheffe Céline (Marie Denarnaud), qui ne fait que de la figuration.

 Une série sympathique idéale pour qui désire mettre ses neurones au repos, puisque c'est la pétulante et craquante Morgane qui effectue tout le travail intellectuel à la place du spectateur. L'intérêt est aussi que nous avons la une cure de bonne humeur qui ne se refuse pas en ces temps plus que moroses...
   
Bernard Sellier