Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     
 A - Z 
 1 à 7* 
 Séries 
 Récents 

Le magnifique,
     1973,  
 
de : Philippe  de Broca, 
 
  avec : Jean-Paul Belmondo, Jacqueline Bisset, Vittorio Caprioli, Jean Lefebvre, Monique Tarbès, Raymond Gérôme,
 
Musique : Claude Bolling


   
Lire le poème ( CinéRime ) correspondant : ' My name is Bob '

   
Bob Saint-Clar (Jean-Paul Belmondo) est un agent secret invincible, beau gosse, qui se promène à travers le monde pour mettre fin aux agissements des méchants de tous bords, en particulier le redoutable Karpov (Vittorio Caprioli). Dans une nouvelle mission au Mexique, il a pour contact la ravissante Tatiana (Jacqueline Bisset)... 
 
   Après les innombrables rediffusions télé, quel spectateur ne connaît par coeur les prouesses totalement délirantes de cet avatar de James Bond et, bien sûr, l'existence beaucoup moins reluisante du pauvre François Merlin, contraint de taper jour et nuit les extravagances qui font le bonheur de l'éditeur sans scrupules, Charron (Vittorio Caprioli). L'idée de départ est très simple mais tout à fait géniale. Dans une furie de bagarres plus improbables les unes que les autres, c'est le quotidien et l'inconscient de l'écrivain miteux qui explose, et lui permet de régler ses comptes aussi bien avec son éditeur qu'avec le plombier ou les électriciens qui sont incapables de réparer sa salle de bain. Mais aussi de laisser libre cours à ses fantasmes, d'autant plus qu'une ravissante étudiante en sociologie habite son immeuble. On retrouve ici l'énergie débordante, le sens inné du rythme, qui, de 'L'homme de Rio' à 'Chouans' en passant par 'Les tribulations d'un chinois en chine', 'Tendre poulet' ou encore 'Psy', ont toujours été la marque de fabrique du réalisateur. Ce n'est pas toujours d'une finesse exemplaire, ce qui s'aggravera encore dans le film qui suit, 'L'incorrigible', mais c'est souvent jouissif et la sensibilité pointe le bout de son nez dans la dernière partie. Et la récente diffusion par Arte montre une copie resplendissante.

   
Bernard Sellier