Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" La mémoire du tueur ",
     ( De zaak Alzheimer ),      2003, 
 
de : Erik  van Looy, 
 
  avec : Koen De Bouw, Werner De Smedt, Jan Decleir, Jo De Meyere,
 
Musique : Stephen Warbeck
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   1995. Angelo Ledda (Jan Decleir), un tueur vieillissant retiré à Marseille, est chargé de revenir à Anvers, sa ville natale, pour exécuter un certain Bob Van Camp (Lucas van den Eijnde), architecte directeur à l'urbanisme. Sa mission effectuée, il en reçoit une seconde : faire disparaître Bieke (Laurien Van den Broeck). Mais, lorsqu'il s'aperçoit qu'il s'agit d'une fillette de douze ans, il refuse et se retourne contre son employeur Seynaeve (Gene Bervoets). Pendant ce temps, Eric Vincke (Koen De Bouw), de la police judiciaire, mène l'enquête sur les morts que Ledda sème derrière lui... 
 
   Quel film ! On ressort de cette histoire en état second, écoeuré par ce drame aux ramifications multiples et complexes que l'on devine le double de l'horrible réalité véhiculée il y a quelques années par "l'affaire Dutroux", sonné par un scénario intelligent, palpitant, captivant de bout en bout, en osmose viscérale avec ces deux personnages que tout oppose, a priori, et qui pourtant se rejoignent sur l'essence de leur mission, et surtout fasciné par le rythme narratif implacable, criant d'authenticité, que l'on ne trouve que de façon rarissime dans les polars récents ("Training day" ou "Narc" sont des exceptions du même niveau magistral). 
 
   Aucune trace ici de personnages stéréotypés, de tape à l'oeil racoleur, de ces résidus superflus qui habillent trop souvent les squelettes narratifs. Le réalisateur entre directement dans l'indispensable, se focalise dans l'efficacité brutale. L'originalité du montage, l'insertion des flashes qui émaillent le quotidien dégénératif de Ledda, ne sont jamais gratuits, ne brisent à aucun moment le continuum tragique. L'approche globale de cette enquête à deux entrées est souvent complexe, nébuleuse, à l'image de ce réseau invisible dont les membres se soutiennent mutuellement par la menace et le chantage, et pourtant l'oeuvre apparaît parfaitement maîtrisée dans sa forme. Quant à Jan Decleir, acteur de premier plan en Belgique, et pourtant fort peu connu dans l'hexagone, sinon par "Daens" en 1993, quelle découverte ! Quel acteur prodigieux ! Loin de tous les artifices et compositions factices auxquelle on a droit bien souvent, il livre un personnage brut, d'une intensité dramatique ahurissante, le visage ravagé, quasiment halluciné, tant par l'approche du néant qu'il sent gagner son cerveau, que par la haine viscérale qu'il porte à ceux qu'il élimine. Le spectateur ne sait pratiquement rien de la vie antérieure de cet individu, dès l'abord, repoussant. Pas plus, d'ailleurs que de celle de Vincke. Et, pourtant, de leurs individualités fiévreuses, forcenées, émane une profondeur, une véhémence qui les rend immédiatement vivants, omniprésents, comme si nous avions suivi leur cheminement depuis des heures.  
 
   Tout, dans cette approche à l'urgence évidente, sonne horriblement plausible, désespérément réel. Une chronique de l'horreur ordinaire et insaisissable, dont on voudrait se persuader qu'elle n'est qu'une invention d'un esprit scénaristique. La toute puissance des riches, des politiques, des monstres qui détiennent le pouvoir, collusion de certains hauts magistrats, rivalités mortifères de la gendarmerie et de la PJ... Hélas, tout dans cette accumulation ne reflète que trop la réalité quotidienne... 
 
   Loin de profiter de ce qui, dans le scénario, pourrait justifier une approche narrative démembrée ou sophistiquée (comme l'a réussi, avec talent, Christopher Nolan dans "Memento"), Erik Van Looy se concentre à 100% sur son sujet et se tient fidèlement à un traitement aussi incisif qu'ascétique. 
 
   Une réussite de tout premier plan qui passionne et bouleverse !  
 
  
Bernard Sellier  
 
 

 

 

 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.