Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots, passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...     

Mirrors,
      2008, 
 
de : Alexandre  Aja, 
 
  avec : Kiefer Sutherland, Paula Patton, Cameron Boyce, Mary Beth Peil, John Shrapnel, Julian Glover, Erica Gluck, Amy Smart,
 
Musique : Javier Navarrete

 ❤❤❤ 
   
   
Ben Carson (Kiefer Sutherland) a quitté la police depuis un an, sombré dans l'alcoolisme, et s'est vu mettre à la porte par sa femme Amy (Paula Patton). Pour tenter de sortir de son mal être, il accepte un poste de veilleur de nuit dans un gigantesque bâtiment, ancien magasin de luxe, qui a brulé cinq ans plus tôt. Très vite, il se rend compte, au cous de ses rondes, que les innombrables miroirs qui subsistent dans les locaux semblent receler un secret inquiétant... 
 
   Alexandre Aja s'est fait une spécialité des histoires sadico-violentes ("Haute tension", "La colline a des yeux"...). Il abandonne ici les demeurés sauvages pour se plonger dans le domaine des fantômes, avec la fructueuse idée d'utiliser à bon escient un décor particulièrement sombre. Ces immenses salles, ces interminables couloirs, noircis par la fumée, peuplés de quelques mannequins ayant survécu au désastre, et, surtout, de multiples miroirs aux propriétés sinistres, composent un personnage à part entière, installent une atmosphère morbide indéniablement efficace, et constituent le meilleur du film. En ce qui concerne les autres domaines, il se situent dans la bonne moyenne du genre, avec l'irruption de quelques séquences flippantes, mais ne laissent pas un souvenir impérissable. Quant au dénouement à la "Fringe", s'il s'insère avec une logique certaine dans la trame narrative, il génère la même impression que celui de "Haute tension". A savoir celle d'une trouvaille déconcertante, percutante, mais d'une authenticité passablement douteuse. Réjouissons-nous, tout de même, de retrouver un Kiefer Sutherland fragile, oppressé, paniqué, débarrassé de son aura de super héros indestructible qui lui collait au corps tout au long de "24 heures".

   
Bernard Sellier