Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Piège de cristal ",
       ( Die hard ),            1988, 
 
de : John  McTiernan, 
 
  avec : Bruce Willis, Bonnie Bedelia, Alan Rickman,
Alexander Godunov, Paul Gleason,

 
Musique : Michael Kamen
















*******

 
  
         




















































 
 
   John McClane (Bruce Willis) est un policier New-Yorkais. Pour les fêtes de Noël, il se rend à Los Angeles où sa femme Holly (Bonnie Bedelia) a trouvé un poste élevé dans la compagnie Nakatomi. Celle-ci donne une fête brillante dans un des grands buildings de la ville. Mais, peu après son arrivée, John voit une troupe armée dirigée par Hans Grüber (Alan Rickman) investir les lieux. Il se cache dans les étages et ne tarde pas à se trouver confronté aux truands. Commence alors un jeu de cache-cache mortel... 
 
   Grand jeu des devinettes. Il est policier à New-York. Il a l'efficacité de Starsky et Hutch associés ; l'intégrité de "Serpico" ; l'humour potache et débridé d'Axel Foley ; il possède la décontraction de Martin Riggs, mais est moins déprimé, même si les relations conjugales ne sont pas au beau fixe... Qui est-ce ? Rassurez-vous, il n'y a rien à gagner, sinon le plaisir d'avoir trouvé. Mais oui, c'est John McClane ! Le flic qui est la terreur des terroristes de tous poils et qui les attire comme l'étron attire les mouches. Et, dans le cas présent, le méchant est particulièrement réussi. Qu'il soit l'odieux Sheriff de Nottingham dans "Robin des bois, prince des voleurs" ou Hans Grüber ici, Alan Rickman est décidément une sacrée gueule, et on a toujours autant l'envie de se servir de son faciès comme d'un punching-ball ! 
 
   Trève de plaisanterie, ce premier opus des avatars de McClane est passionnant. Tout a déjà été dit sur cette oeuvre et son utilisation intelligente de l'espace, du moindre recoin, des ascenseurs aux gaines d'aération. Tout comme l'avait fait quatorze ans plus tôt John Guillermin dans sa "Tour infernale", John McTiernan transforme ce huis-clos en un voyage aux confins du possible et de l'horreur. Suspense permanent, humour, action non stop, décor original, acteurs charismatiques... On en a pour son argent ! 
 
   Un premier de série qui est effectivement le meilleur si l'on s'en tient à la concentration de l'intrigue et à l'intégration du lieu en tant que personnage quasi principal. Mais les deux suites sont, dans leur genre, elles aussi prenantes et terriblement efficaces.
  
 
Bernard Sellier
 

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.