Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Six feet under ",
         Saison 3,             2003 
 
de : Alan  Ball..., 
 
avec : Michael C. Hall, Peter Krause, Frances Conroy,
Rachel Griffiths, Ben Foster,

 
Musique : Richard Marvin
















*******
 
  
            
 
  
  
 

 
 












































































Saison 1         Saison 2         Saison 4         Saison 5        
                                                               Ne pas lire avant d'avoir vu la série 
 
   Les différents membres de la famille Fisher se sont installés dans une existence apparemment stable. Nate (Peter Krause) a récupéré de son opération et vit maintenant avec Lisa (Lili Taylor) et leur fille Maya. Davic (Michael C. Hall) suit une thérapie de couple en compagnie de son ami Keith (Matthew St. Patrick). Quant à Claire (Lauren Ambrose), elle se lie avec un jeune musicien, Phil (John Paul Pitoc)... 
 
   Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette troisième saison ne démarre pas sur les chapeaux de roue ! Nous assistons même à un ronronnement qui tranche radicalement avec ce qui nous a été offert jusqu'alors. Nate s'est installé dans une vie familiale presque harmonieuse. Ruth vit un célibat tranquille. David et Keith se sont plongés dans un travail psychologique presque pépère, et la bombe ambulante Brenda a disparu corps et biens ! Quelques tentatives se font jour afin d'insuffler un peu de piment à cette soudaine apathie générale, avec, par exemple, une Carol Ward (Catherine O'Hara), tellement déjantée qu'un bataillon de psy jetterait l'éponge au bout d'une journée. Mais ce n'est pas cet excès dans la caricature qui suffit à pallier un manque de tension flagrant et un scénario erratique. Bien sûr, la qualité générale est toujours au rendez-vous, les relations humaines sont scrutées avec une finesse et une empathie qui ne se démentent pas. Mais, malgré deux épisodes ultimes gorgés de tension, c'est l'impression d'un gros trou d'air qui perdure, même si, subrepticement, émergent quelques pics émotionnels (le jeune ténor gay entonnant "Nessun dorma" de Puccini pour honorer l'un de ses compagnons récemment décédé), qui rappellent au spectateur ce que peut être "Six feet under" lorsque l'inspiration des créateurs est à son meilleur niveau...


 Bernard SELLIER

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.