Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Apocalypto ",
             2006, 
 
de : Mel  Gibson, 
 
  avec : Rudy Youngblood, Dalia Hernandez, Jonathan Brewer,
Amilcar Ramirez, Carlos Emilio Baez,

 
Musique : James Horner
















*******

 
  
         




















































 
 
 
  Une paisible tribu dirigée par Ciel de Silex (Morris Birdyellowhead), voit sa vie quotidienne brusquement foudroyée par l'irruption d'une horde de guerriers sanguinaires. Le fils du chef, Patte de Jaguar (Rudy Youngblood) réussit, in extremis, à cacher sa femme enceinte et son fils dans une grotte. Il est capturé avec nombre de ses compagnons et emmené vers une cité Maya. Des sacrifices humains y sont continuellement effectués afin de calmer la colère des Dieux qui ont envoyé une épidémie sur terre... 
 
   Lorsque monsieur X visionne un film d'Alexandre Aja ("La Colline a des yeux", "Haute Tension"), de Tobe Hopper ("Massacre à la tronçonneuse"), ou d'Elie Roth ("Hostel"), il sait, sans ambiguïté possible, à quel spectacle s'attendre. Ce seront des kyrielles d'atrocités en tous genres, sanguinolentes à souhait. Dans le cas de Mel Gibson première mouture ("L'homme sans visage"), le drame humain était en première ligne. Dans "Braveheart", le drame humain, à résonance historique, vit la violence émerger de manière héroïque et franche. Dans la création "artistique" du Mel Gibson dernière mouture ("La Passion du Christ" et le présent film), la sauvagerie est devenue la déesse à laquelle tout est sacrifié. Une question se pose alors légitimement : Mel Gibson rêve-t-il de donner naissance à un nouveau genre horrifique qui, méprisant sans doute la gratuité primaire qui baigne les oeuvres gore traditionnelles, prendrait un prétexte historique et/ou religieux, pour justifier ses débordements barbares ? Ou bien encore tente-t-il d'exorciser une violence intérieure débordante, en nimbant l'écran de sauvageries interminables dont la justification semble souvent bien difficile à découvrir ?  
 
   L'une des qualités indéniables du film est la puissance évocatrice de son réalisme. Même confortablement installé dans le fond de son canapé, le spectateur finit par se demander, avec une anxiété certaine, si une tête ne va pas amerrir dans son whisky, ou si une sagaie ne va pas se planter dans le portrait de la grand-mère accroché au mur ! Grâce, sans doute, au fait que le tournage a été effectué en langue originale, les personnages, campés avec authenticité, et bien que fort éloignés de notre époque, prennent rapidement vie, deviennent des êtres de chair et de sang, dont on partage, sans difficulté, la peur, l'angoisse et les espoirs. Cela étant reconnu, quel est le but de cette (très) longue épopée ? Tout comme dans le cas de "La Passion du Christ", la réponse est loin d'être évidente. Explorer la décadence d'une civilisation ? Il apparaît vite manifeste que l'absence totale de nuances, la persistance mécanique dans l'atroce, qui annihile toute velléité de réflexion, ainsi que l'orientation du récit sur une haine personnelle, sabordent irrémédiablement cette hypothèse. Alors, que reste-t-il ? Le drame d'un homme que le destin va transformer en héros, lointain ancêtre de "Rambo". Pourquoi pas ! Mais, dans ce cas, même si l'époque justifie, en partie, la permanence de la violence, pourquoi se repaître, sans mesure, d'orgies sanguinaires qui ravalent souvent le destin de Patte de Jaguar au rang d'anecdote secondaire ? J'ignore si Mel Gibson a suivi une psychanalyse. Il ne fait aucun doute que son cas se révèlerait particulièrement intéressant ! Si ses réalisations jettent le spectateur dans un monde particulièrement malsain, il est impossible de nier qu'elles ne peuvent laisser personne indifférent ! Mais l'excès est toujours dangereux à manipuler. De même qu'il était indispensable de posséder une vision très orientée pour dénicher un intérêt majeur à l'étalage complaisant des innombrables supplices infligés à Jésus-Christ, de même une sacrée dose de bonne volonté est nécessaire pour trouver une justification à l'interminable course-poursuite (40 minutes au cours desquelles alternent, histoire de casser un peu la monotonie, gros plans, vues en plongée, ralentis, panoramiques aériens...) de la seconde partie ! Même si les dernières minutes ne manquent ni de tension, ni de grandeur...
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.