Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


Dr. House,
         Saison 3,             2006 
 
de : Bryan  Singer, Greg  Yaitanes..., 
 
avec : Hugh Laurie, Robert Sean Leonard, Lisa Edelstein,
 Jesse Spencer, Jennifer Morrison, Robin Tunney, Omar Epps,

 
Musique : Jason Derlatka, Jon Ehrlich
















*******
 
  
            
 
  
  
 

 
 












































































Saison 1       Saison 2       Saison 4       Saison 5       Saison 6       Saison 7       Saison 8
   Le docteur House (Hugh Laurie) s'est parfaitement remis des blessures reçues. Il parcourt treize kilomètres en petite foulée, ne souffre presque plus de sa jambe, et ne se sépare plus de son skateboard. Sur le plan du comportement, en revanche, il se montre toujours aussi caustique et vindicatif... 
 
   C'est le moins que l'on puisse écrire ! En fait, notre cher Gregory s'enfonce dans les souterrains les plus profonds du délire et de l'anticonformisme. Au point même de conduire le spectateur aux frontières d'une overdose, à laquelle celui-ci échappe cependant de peu grâce à des dialogues toujours aussi subtils qu'excitants. 
 
   La seconde saison avait commencé à initier un petit nombre de sorties hors de l'univers hospitalier. Quelques personnages commençaient timidement à présenter une vie extérieure intime, et ne se cantonnaient plus à une existence purement circonscrite à la blouse blanche de leur état de thérapeute. Mais la tentative avorte assez rapidement. Le spectateur se retrouve donc à nouveau coincé dans l'univers hospitalier, avec pour seule rupture narrative, l'incursion d'un flic particulièrement vindicatif (le Michael Tritter de David Morse). Alors, même si les rapports humains sont toujours d'une richesse époustouflante (à noter un épisode 12 aussi original que bouleversant), même si les situations médicales ou dramatiques affichent une constance remarquable dans l'originalité et l'efficacité, le systématisme chronique des ressorts utilisés ainsi que la rigidité psychologique outrancière programmée de House finissent par lasser un tout petit peu... Dans quelques épisodes de la fin, la forme rituelle et stricte semble s'assouplir. Nous verrons si cette tendance se confirme dans la saison suivante...


 Bernard SELLIER

Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.