Images et Mots
  Bienvenue sur le site d'un manipulateur de mots,
  passionné d'écriture, de cinéma, de musique, d'ésotérisme...


" Intraçable ",
        ( Untraceable ),       2008, 
 
de : Gregory  Hoblit, 
 
  avec : Diane Lane, Billy Burke, Colin Hanks, Joseph Cross,
Peter Lewis, Tyrone Giordano, Brynn Baron,

 
Musique : Christopher Young
















*******

 
  
         




















































 
 
 
   Jennifer Marsh (Diane Lane) travaille avec son collègue Griffin Dowd (Colin Hanks) au FBI dans la section Internet. Ils découvrent un jour un site sur lequel le créateur propose de se connecter pour assister à la mort d'un chat. Mais, bientôt, le félin est remplacé par un ancien pilote, Herbert Miller (Tim de Zarn). Le sadisme du concepteur va jusqu'à étirer la mise à mort de la victime en fonction du nombre des connexions sur son site "Kill with me". Le détective Eric Box (Billy Burke), de la police de Portland, est dépêché auprès du service de Jennifer pour que les indices soient mis en commun. Malheureusement le criminel s'est organisé pour que le repérage de son site soit impossible. Bientôt, c'est une seconde victime, David Williams (Christopher Cousins), qui est capturée et offerte en pâture aux internautes... 
 
   Le premier véritable film de Gregory Hoblit, "Peur primale", avait été une réussite incontestable, en grande partie grâce au génie dramatique de Edward Norton. Bien qu'un peu tortueux, "Fréquence interdite" ne manquait pas d'originalité. "Mission évasion" laissait pour le moins perplexe. Avec "La faille", nous tombions dans une routine sympathique, mais facile. Le réalisateur a choisi ici de se tourner vers le crime high-tech, en modernisant, si l'on peut dire, les barbaries traditionnelles de "Saw" ou de "Hostel". Pourquoi pas ? Après tout, malheureusement, les détraqués en tous genres s'adaptent eux aussi aux techniques novatrices. Nous sommes donc plongés dans une enquête laborieuse, dont certaines séquences louchent manifestement vers "Le silence des agneaux", avec fausses pistes, courses contre la montre, bref, tous les ingrédients classiques que l'on rencontre dans ce type de scénario. Là se situe d'ailleurs le handicap principal, car le choix d'un tortionnaire informaticien se révèle d'une originalité bien légère pour compenser l'impersonnalité générale du contenu. Aussi est-ce dans le choix d'exécutions de plus en plus sauvages que s'engage l'intrigue, avec une certaine efficacité dramatique, c'est vrai, mais avec une dose de voyeurisme plus opportuniste que réellement indispensable. Par bonheur, si le réalisateur a pris le parti de fournir le minimum syndical sur le plan des dialogues et de la psychologie des personnages, il sait s'entourer de comédiens talentueux, et le choix de Diane Lane, toute en intériorisation souffrante, apporte une qualité humaine bienvenue dans cette oeuvre noire qui vogue sur la vague renaissante des films horrifiques, mais sans grande singularité.
 
  
Bernard Sellier  
 
 
 
  
 


Avertissement : Tous les textes présents sur le site sont la propriété de leurs auteurs ou des maisons d'édition. 
 
Le Site " Images et Mots " est déposé auprès de la Société des Gens de Lettres et protégé par le système CLEO.